Chercher

  • Google

    ailleurs
    dans ce blog

Evaluez les notes

  • Copiez et collez !

    ☺☺☺☺☺☺☺☺ Smiley classique
    ☻☻☻☻☻☻☻☻ râleur ou triste
    ♥♥♥♥♥♥♥♥ hormonal
    ♪♪♪♪♪♪♪♪ joyeux
    ♫♫♫♫♫♫♫♫ hyper joyeux
    ☼☼☼☼☼☼☼☼ Soleil

mai 2011

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

« Faire de la politique | Accueil | Une histoire washingtonienne »

21 février 2009

Commentaires

Charlotte Goulmy

Notre MP, ici aux PAys Bas a declaree hier (pardon, pas d accents dispo) que La Hollande etait dans la pire recession depuis les annees 30... Vous avez certainement raison de vous inquieter, mais c'est inutile dans la mesure ou vous n y etes pour rien...
Celine a raison, Sarko fait de son mieux, mais comme il fait seul, il est seul responsable et donc il fait mal. Si seulement il s entourait de fortes tetes qui ont le droit a la parole...

attila

J'en ai écrit des choses sur les Prix Nobel, ailleurs ... La plupart, surtout en sciences, valent de l'or. Je pense au lauréat de physique 2004 qui est un vrai prestidigitateur qui vous sort l'univers de ... rien ! Je peux mettre sa conférence en ligne pour des amateurs.
En voici un, allemand, qui est aussi grand surfeur:

http://www.biochem.arizona.edu/classes/bioc471/pages/Lecture12/mulliBook.jpg

attila

AS: "@ attila: vive hawaï! C'est surprenant..." cela me permet d'allonger la mayonnaise: figurez-vous que cette île nous donne un saint Damien d'origine belge qui s'est donné corps et âme pour lutter contre la lèpre pour en être emporté lui-même en 1889. Il sera canonisé le 11 octobre prochain. Le bourgmestre (maire) du petit village Tremelo dont est originaire le père Damien (de Molokai) n'a pas perdu une minute et a envoyé une invitation au ... Prez BO à l'occasion de cette canonisation. Comme on dit, il n'y a pas deux sans trois ...


Catherine

Bonsoir,
Nous vivons dans des mondes cloisonnés,sans principe de vase communicant.Du ciel, le monde n'est vu qu'en applat mais en rase-motte une simple colline peut sembler escarpée. Les gens me semblent tout autant démotivés que desespérés. Biensûr on pourrait penser que l'insécurité sociale donne du ressort, mais tout le monde ne dispose pas forcément de l'elasticité necessaire pour rebondir assez haut.. et puis de plus en plus nous ressemblons à des ballons sur terrains spongieux :o)
Cela dit survivre tout le monde sait faire

Vincent

Anne, racontez nous comment ça se passe là bas à washington, la rue, la presse, la justice ?

Charlotte Goulmy

Happy Birthday Sylvain
Happy birthday Sylvain
Happy birthday
Happy birthday
Happy birthday Sylvain!!!!!!!!!

25 ans!!! Tu ne les fais vraiment pas!!!!

Clara

Je connais le doyen Vedel! Nos professeurs Olivier Duhamel et Guy Carcassonne nous en parlaient toujours les trémolos dans la voix. Bon après, sur ce qu'il a fait...j'avoue que je sèche, mais j'ai cru comprendre que c'était un grand homme!

CelineElias

@ Anne : Ouille, vous parlez de pouvoirs constitutionnels (pas la peine de préciser que ce fut votre matière de prédilection ☺ !) alors que je parlais de pouvoirs réels. Démontrez-moi demain (ou plus tard...enfin, quand vous pouvez) qu'un Président Français, en suivant notre constitution actuelle et en vertu des pouvoirs conférés par le monde qui l'entoure peut aujourd'hui encore se prévaloir d'être décideur des tendances économiques et politiques mondiales. J'attends votre démonstration afin d'éventuellement la contrer, cela va de soi. Personne (et quand je dis personne, j'entends vraiment personne !) ne peut désormais me faire croire que le pouvoir est détenu en un seul lieu et qu'il ne fait pas l'objet de pressions diverses extérieures qui influencent de facto ses décisions.

Ceci étant dit, pardon pour l'engueulade...mais c'est de votre faute aussi !!! L'abus d'internet nuit à la vie sociale, c'est bien connu ☻. Vous savez qu'on devient accro quand on veut répondre de suite à ce qui nous interpèle ? Vous l'ignoriez ? Too bad. ☺

Bon, allez, c'est pas tout mais moi, je dois aller dormir un peu. Demain, je vais passer une partie de ma journée à Orly.

Cette fois, c'est sûr : à lundi !!!

Julie

@ Brigitte: felicitations - c'est tres beau et vrai ce que vous dites. C'est un sujet qui me fascine et qui me trouble car c'est une experience qui donne bcp de plaisir et de la peine a la fois.

CelineElias

Oups...

Raphaël

Oui Madame ça fait froid dans le dos. Vous savez, avant d'être admis, vous vous en doutez, nous ne pouvons accepter tout le monde, nous demandons des papiers avec charges et revenus.
Je crois que je me souviendrai toujours de cette femme, avec une petite fille qui vivait avec 5,5€/jour que nous avons du refuser. Elle était totalement perdue, criblée de dettes.
Un autre homme, tout a fait charmant d'ailleurs, le genre d'homme dont la France a besoin: qui travaille, dans l'ombre, avait arrêté l'épicerie pendant 6 mois. Nous l'avons cru tiré d'affaire. Mais un mercredi matin nous l'avons vu revenir: le prix du gaz avait augmenté, il ne s'en sortait plus.

Et, chère Madame, pour répondre à la question de votre post, je crois aussi qu'il y a un formidable espoir. Beaucoup de jeunes comprennent la situation, veulent non seulement s'en sortir eux-mêmes mais que la France s'en sorte.
Ils se forment, font des stages, des boulots pour financer leurs études, partent à l'étranger pour apprendre plusieurs langues.

Bref, il y a un vivier, il faut le faire vivre. Si vous doutez, si votre mari lui aussi doute de temps en temps, qu'il se rappelle la France, qu'il se rappelle cette jeunesse qui se bat, qui va vivre dans un monde à la fois terrifiant et plein de promesses. C’est ce monde, c’est notre futur monde que vous préparez de l’autre côté de l’atlantique.

CelineElias

@ Robert (pas celui de Marrakech) : Qui va sauver les français d'eux-mêmes, selon vous ? Les messies providentiels se font rares depuis que Tapie - et consorts - ont été mis en examen.
La France a longtemps été le pays des nouvelles idées et fut le fer de lance des démocraties modernes. Aujourd'hui, la France ronronne sur ses acquis si précieux et ronchonne à l'idée de pouvoir les perdre.
Pourtant, il ne me semble pas avoir un jour entendu que les acquis étaient menacés. Enfin, tant que je ne fais pas de politique, dormez tranquilles, personne ne viendra jamais rogner sur quelques abus de biens sociaux qui ne servent personne en dehors de ceux qui en abusent et qui se prétendent de Gauche !!!

Allez, je vous offre une trève, amis de Gauche, parce que je crois encore et pour toujours que nos différences sont notre force et que sans elles, nulle opposition ne pourrait donner de la valeur à un pouvoir. Si demain vous êtes en force, je viendrai vous titiller le neurone du cortex droit afin de vous rendre meilleurs. Entre nous, honnêtement, je me fous des idéaux politiques tant que les politiques déclinant ces idéaux servent le plus grand nombre.

Cessons un peu toute polémique stupide ! Ce qui nous a rassemblé ici - pour la plupart - c'est Obama, son programme, des idées, et ce qu'Anne en ressentait. Nous sommes tous pareils : nous voulons un monde meilleur. Certains ont des croyances et des convictions qui s'arrêtent à des dogmes. Pourtant, il me semble que les dogmes sont passés de mode...mais je peux me tromper. Il n'empêche que je suis pour une collaboration de tous afin d'arrêter les dégats, ou de les minimiser. Et je penserais de même si la Gauche était actuellement engluée là où le Président Sarkozy s'englue. Vous pouvez me croire !!!

Qui parlait l'autre jour d'un changement de mentalités ? Oui, il faut changer tout ça. Et le Prez Obama vient de donner le la. Je l'espère du moins. Nous sommes à l'aube d'une ère nouvelle et c'est à nous, aujourd'hui, d'en bâtir les fondations. Nous n'avons pas le droit de nous tromper sous peine de voir l'Histoire se répéter. Nous n'avons pas le droit de laisser des factions extrémistes - de Gauche, de Droite, de foi...- nous imposer leur manière de vivre. Nous devons nous opposer sinon par nos idées mais au moins pour défendre les principes de la démocratie.

A entendre la rue parler, j'entends aussi monter quelques extrèmes. Je refuse de me plier à ce qu'ils veulent. OB (le français parti aux Antilles pour ratisser) me faisait sourire et je l'appréciais - un peu - autrefois. Depuis hier, il me fait sacrément peur. Très très peur. Il a le pouvoir de véhiculer des idées qui ne sont pas les siennes, a priori, mais qu'il aura juste initiées. Il a le pouvoir de faire entendre la voix des pauvres à des fins électorales. Ne vous y trompez pas ! Il a de belles idées...de belles utopies ! Et pourtant, il rameute les foules et prend de plus en plus de pouvoir. Les gens déçus par une politique de Droite un jour, de Gauche le lendemain, vont toujours vers les extrèmes. Hier, elles ont permis à Le Pen d'atteindre un second tour d'élection présidentielle. Demain, elles proposeront OB comme alternative aux errances et aux problèmes non résolus par le pouvoir actuellement en place.
Ah oui, je sais ! Pour quelques-uns ici, il vaut mieux un Olivier qu'un Jean-Marie. De prime abord, sur leur seule tête, je suis d'accord. Je vomis littéralement tout ce qui vient des extrèmes. La Droite est raciste, la Gauche est populiste. Que le pouvoir soit détenu par un seul ou par l'illusion qu'il est par tous, que l'argent soit son moteur ou que ce soit l'idée, toute dictature reste une dictature et prive, par définition, de liberté.

Pensez-y...à l'occasion. Je sais où va la France : dans un mur.
Et je vais citer Corneille dans le Cid pour conclure : "le combat cessa fauta de combattants".

A lundi.

Dumont Françoise

Merci Anne d'avoir une pensée pour les plus faibles aux EU.
je suis classée parmi tous les gens qui me connaissent comme une "battante" ; je m'en serais probablement sortie là-bas où on apprécie beaucoup les battants. Mais quid de celles et ceux qui ne peuvent pas se battre ? Mon ex-mari, aujourd'hui décédé était atteint d'une maladie psychiatrique ; j'ai donc vécu de près le fait que certains êtres ne peuvent pas "se battre".
Dans un forum où naviguent beaucoup d'américains j'ai posé la question. Je n'ai eu aucune réponse ; je ne sais donc toujours pas comment font ces faibles pour vivre dans un pays où la valeur est de se battre. Mais le fait qu'on ne m'ai pas répondu valait peut-être réponse....
Françoise

Anne Sinclair

Céline, je n'ai pas encore dîné, mais vous m'interpellez, alors... Hé ben moi, je l'aime bien la sarkozyste primaire. Pas d'accord sur deux choses: 1) Si, le Président en france depuis de Gaulle, amplifié par Mitterrand a tous les pouvoirs sauf en cas de cohabitation. Car il a les pouvoirs d'un régime présidentiel, mais n'en a pas les contre-pouvoirs: le Congrès +la Cour Suprême sont autrement puissants que notre parlement à la botte, qu'ik soit de gauche ou de droite . D'ailleurs, cela a été fait pour cela, en allant trop loin en 1958 mais surtout en 62 dans le balancier. Alors au moins, ce régime bizarre, dont il n'existe aucun exemple équivalent dans une grande démocratie, d'un président + un Premier ministre avait au moins une vertu: celle de protéger le Président des à coups... Excusez moi, mais le droit constitutionnel, c'est mon dada depuis les cours de Georges Vedel à Sciences Po (Allo, Vedel? - les néandertaliens parlent aux néandertaliens, même Clara ne doit plus savoir qui était G. Vedel!)

En revanche sur l'Otan, je serai plus mesurée que vous: le monde a changé depuis les années 60: plus de guerre froide notamment. De plus, on est déjà dans l'Otan à 80%, restent les 20%... On verra, si c'est pour plus d'intégration européenne, why not? Mais je vais approfondir le sujet... Et j'ai trop faim, et je me fais engueuler.. Sorry.

CelineElias

@ Anne : merci pour le talent supposé mais je n'avais pas pris Kafka pour exemple ou pour mouture. J'ai rédigé sans penser très loin, sinon au film "Danton". Je voulais juste souligner qu'accuser un homme pour tous les maux actuels est d'une facilité quasi enfantine - infantile ? -. Je voulais juste préciser qu'il est toujours plus aisé de penser qu'on pourrait faire mieux à sa place mais que, dès lors qu'on nous demande ce qu'on ferait, on ressort de nos armoires des idées qui ont trop et mal vécu.
Je voudrais enfin qu'on arrête de taper sur un homme qui a moults défauts, je le concède, mais qui a au moins la vertu d'être là en ce moment en tentant de ménager la chèvre et le chou, alors que sa nature serait plutôt de foncer dans le tas. Il fait ce qu'il peut avec ce qu'il a et ce qu'on lui donne !!!
Depuis quand un Président Français a du pouvoir en dehors de celui de parader et de servir de bouc-émissaire ? Ce serait nouveau !!!

Mais puisque je suis chez des anti-sarkozistes primaires et que je m'y sens bien, je vous lance une balle : que pensez-vous du retour prochain de la France au sein de l'Otan ? Défoulez-vous ! Je suis contre et, honnêtement, en ce moment, c'est bien le cadet de tous mes soucis !!! Néanmoins, selon moi, c'est une erreur stratégique qui ne passerait pour une réussite que si elle était dictée par une volonté de s'allier définitivement et profondément avec le Prez Obama, dont les idées et les volontés sur le plan géopolitique me semblent saines et pérennes et viables et...enfin, bref...parfaites à mes yeux, quoi !!!

Bonsoir, je suis E.T. ! Mes pairs m'ont oubliée sur une planète où des tas d'humanoïdes bien pensant me prennent pour une ennemie. J'ai été recueillie par un enfant...vous connaissez la suite, non ?

☺☺☺

NB : J'ADORE CE BLOG !

Anne Sinclair

Sur le pessimisme.
@ Stanislas: il faudra nous raconter comment on change de vie aussi radicalement! C'est rare de se réadapter en bousculant ce qu'on était, c'est rare de ne pas protester contre la réalité, mais la changer soi-même. Chapeau!

@ Robert : c'est un peu vrai ce que vous dites (sur la perte du goût du risque), mais pas tout à fait. Heureusment qu'en France, "on" est sauvé, aussi. qu'il y a la sécu, la CMU, l'indemnisation chômage, l'école gratuite, le congé maternité, etc...

Brigitte: beau commentaire et juste comparaison des cultures, comportements, psychologies. Le Franaçs méfiant, complexé, inquiet et râleur, c'est assez bien vu. Le "How are you TODAY" n'en finit pas de me désarçonner et moi aussi, je n'ai pas le timbre de ces américaines sûres d'elles, riant et parlant fort - surtout dans les restos, n'est-ce pas?

Anne Sinclair

@ martin: Oh, non, pas de ton de pamphlet ici! "Pignouf, fourbe"... Vous n'avez pas besoin d'insulter Sarkozy pour le critiquer. On a la chance d'avoir la liberté de dire, publier, argumenter, sans avoir besoin de cracher sur ceux qui nous gouvernent, même si on est en désaccord.

@ attila: vive hawaï! C'est surprenant...

@ Raphaël: ce que vous nous dites fait froid dans le dos, les 5€/jour... C'est bien de vous battre, comme vous le pouvez dans cette assoc'. revenez nous dire la réalité des fois qu'on l'oublierait!

Ah, Frédéric-Fernand et la Provence!... ( pour comprendre lire le commentaire poétique et drôle dudit)

Anne Sinclair

@ Céline: talentueuse comme toujours, votre nouvelle mouture du "Procès"! Oui, la dérive est ancienne et il serait absurde dans une crise mondiale d'imputer la responsabilité à l'actuel Président. Evidemment. Je ne l'avais pas fait, d'ailleurs, je le rendais seulement responsable du glissement de nos institutions, qui ne le servira pas. Quant à la politique menée, à chacun d'apprécier. Ses marges de manoeuvre ne sont pas très grandes dans une crise qui dépasse de loin la France...

Oui, Clara pour la composante psychologique d'une crise. C'est en ce sens que je disais que parazdoxalement, les US qui vont plus mal que nous (pour l'instant), réagissent peut-être plus fort parce qu'ils sont mentalement structurés pour se battre, et socialement, n'ont pas d'autre choix.
Quant à l'excellent livre de Pigasse et Fichelstein, j'ai déjà dit ici tout le bien que j'en pensais: le premier livre grand public qui, à mon sens apporte quelque chose de neuf et de positif.

Anne Sinclair

@Line: intéressant, cet article...

@ Claude: si je vous caricaturais, ça ferait un peu "que les pauvres et les chômeurs aillent donc à la campagne"! Vous savez bien qu'on ne bouge que si tout va bien...Mais je vous taquine et je comprends ce que vous dites

@ Jog: d'accord sur la politique qui ne se fait pas à la corbeille. Il reste que je ne la citais que comme un marqueur... J'aime bien l'image de JP Gaillard en pyjama.. Pas top classe, mais rigolo...

@ Françoise: vous avez mis le doigt sur un des sujets: la disparition ou l'affaiblissement de la classe moyenne! Heureusement, on n'en est pas là , mais il y a évidemment paupérisation de cette partie de la population

Anne Sinclair

@ Michèle: intéressante "palabre, " au contraire! Oui, le million de personnes dans la Tarentaise me laisse rêveuse... Oui, les Américians sont dans des situations plus précaires, peut etre cela leur donne-t-il ce ressort dont je parlais, mais c'est ils sont livrés à eux mêmes, et au "renard libre dans le poulailler libre", selon la boinne vieille définition du libéralisme. Si seulement Obama pouviat mettre un peu d'Etat Providence pour les plus faibles, sans casser l'esprit combatif des Américains...

Qua t au vrai régime présidentiel, d'accord avec vous. mais il faudrait modifier profondément la Constitution. Là, me semble-t-il, elle se vide seulement de sa substance.

Brigitte Régnier - Alexandria VA

Anne, vous parlez de la désespérance que vous observez un peu partout en France. Je partage votre avis. Mais je crois qu’il y a, depuis longtemps, un fond de désespérance en France. Seule son intensité est récente. Je n'avais jamais vu un tel sentiment de pessimisme qu'à mon dernier passage en France. Mais ce pessimisme, je l'observe depuis 15 ans, bien avant cette crise et même avant le passage à l’Euro. Le Français semble avoir une prédilection pour le noir. En tout cas, une chose m’a toujours frappé, le Français est
1. Méfiant et pense souvent qu’on va le rouler dans la farine
2. Complexé et a beaucoup de mal à supporter les gens trop sûrs d'eux
3. Terriblement anxieux avec le sentiment de ne jamais faire assez bien.
4. Râleur

On pourrait croire que je mets un jugement de valeur, mais sincèrement ce n’en est pas un. D’abord parce que beaucoup nous envie aussi beaucoup de choses, notre savoir-vivre, notre sens de l’esthétique, nos penseurs, notre fantaisie, etc. Et puis aussi parce qu’il y a toujours une doublure d’argent au nuage noir (proverbe irlandais), les aspects positifs et négatifs. Si notre anxiété de ne pas en faire assez peut nous mener à être parmi les plus grands consommateurs d’antidépresseurs et accélérer les taux de suicide (on est en train de devenir comme les Japonais), c’est aussi ce qui nous rend consciencieux et fait de nous les travailleurs parmi les plus productifs. Notre méfiance dénote un certain sens des réalités. Notre côté râleur, utilisé à bon escient, peut être une critique constructive.

La culture américaine est une culture énergique, optimiste où les individus n’ont pas peur d’entreprendre, de faire des erreurs et de recommencer. On ne s’y sent pas contraint par des « cela ne se fait pas ! » et le poids de traditions solidement ancrées. On pourrait simplifier grossièrement et dire que les Américains agissent d’abord et analysent ensuite, au prix de faire des grosses bourdes qui irritent tout le monde; les Français pensent d’abord et agissent ensuite, au prix de parfois ne rien faire du tout ce qui en irritent d’autres. On pourrait presque dire que l’un est extraverti, l’autre est un introverti.

La clé est d’essayer de s’auto-évaluer sans se flageller, d'accepter qui nous sommes. Cela devrait nous permettre d'être moins sur la défensive et de faire des analyses plus habiles. Pour cela, il faut avoir un ou plusieurs points de comparaison. Pour moi c’est la culture américaine. Si je vivais, je ne sais pas disons, en Norvège ou en Chine, je pense que d’autres particularités apparaîtraient.

Quant à ce sentiment de n’être plus chez soi à la maison dont beaucoup ont parlé. Oh ! Que oui ! En revoyant mon expérience depuis mon arrivée dans ce pays, je peux dire que cela a été un travail très lent, extrêmement déstabilisant, de redéfinition de ma propre identité. Le plus difficile c’était de voir que je n’avais pas beaucoup de contrôle sur ce processus et de découvrir qu’il y aurait des conséquences irréversibles. On croit choisir son identité, c’est en partie vrai seulement. Tout aussi important sont les autres qui vous définissent par leurs regards, par leurs réactions hostiles ou encourageantes. Quand tous les jours, on essaie de répondre au fameux « How are you ?» de la façon la plus américaine possible, et qu’on continue, jour après jour, à recevoir un regard étonné, ahuri et même dédaigneux (oui, des Américains qui n’aiment pas les étrangers, cela existe) parce qu’on n’a pas dit le mot juste, mis la bonne intonation, le bon rythme, parce qu’il n’était tout simplement pas nécessaire de répondre ou tout simplement parce que ma voix est trop faible pour l’américain qui parle haut et fort, on se rend compte combien le regard de l’autre est important pour nous dire ce qui se fait et ne se fait dans une société, pour nous signaler que nous sommes hors de la norme ou que nous faisons partie des leurs ou pas.

Aujourd’hui, je me sens enfin mieux au milieu des deux cultures, et même à l’aise sur le haut du mur comme dit Jog ; ma nouvelle identité se stabilise petit à petit, mais il m’aura fallu 14 ans de cheminement, parfois au travers de sables mouvants terriblement angoissants. Je me sens dans une position de privilégiée avec le luxe de pouvoir passer d’un côté ou de l’autre, et surtout de pouvoir servir de passerelle. Ici, mon prénom est souvent prononcé Bridge-t : le pont. Cela me plaît bien !

Marianne

Obama souhaite rencontrer Hu
AFP
21/02/2009 | Mise à jour : 08:11 | Commentaires 1 | Ajouter à ma sélection
Le président américain, Barack Obama, souhaite rencontrer son homologue chinois, Hu Jintao, à Londres en marge du G20 en avril, pour leur première réunion bilatérale, a déclaré ce à Pékin la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton. "Le président Obama souhaite voir le président Hu à Londres au moment du G20 à Londres", a déclaré Mme Clinton au début de sa rencontre avec son homologue chinois, Yang Jiechi.

La secrétaire d'Etat américaine est arrivée hier en Chine, où elle entend que la question sensible des droits de l'Homme n'occulte pas les discussions sur la crise économique mondiale ou le changement climatique.

Et pour notre cher OBAMA

Il n'y pas cinquante manières de combattre, il n'y a en qu'une, c'est d'être vainqueur.
[André Malraux]


L'histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l'invincible espoir.
[Jean Jaurès]

Robert

Bonjour !
Exagérément pessimiste... non. Par contre, votre commentaire ne laisse qu'entrevoir une différence fondamentale entre la France et les USA : les Américains rebondissent alors que les Français, qui gueulent fort et longtemps, attendent qu'on vienne les "sauver"...

Stanislas Brossollet

Bonsoir Anne, J'aimerais bien que vous soyez pessimiste sur notre situation car hélas elle est grave et profonde et il faudra du temps pour revoir un meilleur environnement économique dans notre pays. Non malheureusement votre analyse est fondée et beaucoup en soufriront longtemps.
Sur vitre décalage avec votre patrie après ces quelques trimestres en Amérique, c'est effectivement un sentiment étrange auquel on est pas préparé, de se sentir "étranger" chez soi quand on a vécu à l'étranger et gouté à une autre culture bien différente de la notre et c'est le cas avec les USA.
J'ai ressenti la même chose à mon retour et je me suis trouvé inadapté à la vie que j'avais avant et comme il fallait rester ici, j'ai donc décidé de changer de vie pour continuer et avoir de nouveaux défis à surmonter. Si cela vous intéresse je pourrais un jour vous faire partager cette expérience (de PDG à artisan travaillant de ses mains !!!). Continuez surtout à nous faire partager vos observations, du haut de votre mur, comme l'exprime si joliment Jog (toujoure un régal de lire ses commentaires soit dit en passant), cela nous aidera peut être à mieux supporter cette crise dont on ne sait pas encore combien de temps elle nous tiendra;
Oui je ne suis pas très confiant en ce moment et votre blog est une bonne aide pour supporter ces temps difficiles.

Frederic Val de Marne

Que peut on ajouter à ce que vient d'écrire Philippe Pugnet ?
Pas grand chose en vérité.

Sinon que ce genre de vérité, à laquelle on s'habitue si vite quand on la voit toujours les jours, saute au visage avec encore plus d'acuité après une absence plus ou moins prolongée.

Là, on touche ce que ressentent non seulement tous les expatriés, mais plus généralement tous les déracinés.

Un peu comme si, nez dans le guidon à l'assaut du Mt Ventoux, on ne voyait plus les vignes et les cyprès majestueux, on ne sentait plus l'odeur de la pinède et des sous-bois, on n'entendait plus la musique si caractéristique du vent dans les sapins ou le grondement de La Fontaine de Vaucluse si belle en ce moment avant de déguster quelques chocolats chez mon ami Clavel.

C'est aussi pour cela que chaque mois je m'astreints à ce "regain" provençal. Je sais ce que certains vont me dire : "comme astreinte on fait pire". C'est exact.

Oui, il faut savoir se déplacer pour redécouvrir ce qu'on a connu et le voir sous un autre angle comme on change de place un tableau ou un meuble par ce qu'on ne le voit plus.

Autant de sensations que l'on re-déguste avec gourmandise quand on prend le temps de se retourner en arrière.

Mais gare au premier qui ose m'assimiler avec un "born again" mensuel à la sauce Bush !!!

Amitiés a tous

Frederic

PS1 : à Line : loin de moi l'idée de railler les travaux linguistiques des québécois, travaux dont je profite régulièrement. Ma remarque, au contraire, visait à mettre en lumière leur capacité d'imagination hors du commun en matière de terminologie et de néologie.
Total respect.

PS2 : je viens de voir sur la chaîne de télévision "Histoire" une image furtive; celle de Rabin, Arafat et Peres recevant le prix Nobel de la paix en 1994. Image surréaliste à laquelle on a peine à croire aujoud'hui.
Les récentes élections en Israël et un mode de scrutin entièrement proportionnel ont donné le pouvoir à une droite hostile au processus de paix, alliée à des religieux hortodoxes et à l'extrême droite. Le rêve de paix est loin
Du coup, je vais me replonger dans "Le rêve brisé" de Charles Enderlin pour me ressourcer.
On est passé si près, on peut rever..

PS3 : si certains se font surnommer Darty quand ils réparent l'informatique, j'ai passé l'après midi à me faire appeler Fernand dans le même contexte.
Pourquoi Fernand ? Parce que "Arbeit, Fernand,Arbeit ! "
Les cinéphiles feront tout de suite le rapprochement avec la dernière scène du film "La cuisine au beurre" avec Fernandel, Bourvil et Anne Marie Carriere.

PS4 : je sais ! il y aura bientot plus de post scriptum que de texte...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Panama City Février 2011

  • Panama City Fevrier 2011
    Vieille ville et ville nouvelle

Singapour 01/02/11

  • IMG00035-20110131-2018
    La Marina avec ses nouveaux buildings et la skyline vue du mon hotel

Alger 3/11/10

  • Rue de la Kasbah
    Kasbah et balcon du Palais du gouvernement

Kiev et Yalta 02/10/10

  • IMG_0319
    Les bulbes des églises de Kiev, la conférence où se trouvait Clinton, et le palais Livadia où furent signés les accords de Yalta en février 1945

Les jardins de la WH 18 avril 2010

  • Comme tous les gogos...
    Chaque année, les jardins s'ouvrent pendant deux jours au public et deviennent lieu de promenade familiale. Nous devions être 3000 ou 4000 ce dimanche à l'heure du déjeuner

Inauguration Day 20/01/09

  • DSC00415
    Inauguration Day 20/01/09. Sur le Mall avec deux millions de personnes