Chercher

  • Google

    ailleurs
    dans ce blog

Evaluez les notes

  • Copiez et collez !

    ☺☺☺☺☺☺☺☺ Smiley classique
    ☻☻☻☻☻☻☻☻ râleur ou triste
    ♥♥♥♥♥♥♥♥ hormonal
    ♪♪♪♪♪♪♪♪ joyeux
    ♫♫♫♫♫♫♫♫ hyper joyeux
    ☼☼☼☼☼☼☼☼ Soleil

mai 2011

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

« Il paraît que ca va mieux, mais... | Accueil | Nobel suite... »

09 octobre 2009

Commentaires

Anne Sinclair

@ tous: après le repos du Week end, vous voilà abreuvés de deux post nouveaux: sur les républicains conservateurs et sur l'Afghanistan. A vos commentaires, bonne soirée à tous...

Anne Sinclair

elyas 23: comment le livre de Sarah palin qui ne sort que le 11 novembre peut il etre troisième sur Amazon??? J'ai dû manquer un chapitre...

Elyas23

mes amis, petite précision quand même sur le livre de SP: il sortir le 11 novembre.

Anne Sinclair

Julie, ce dialogue imaginé par Maureen Dowd (qui est vraiment tres bonne) entre Clinton vert de rage et W, est a mourir en effet!

Robert, la presse internationale se gausse un peu de la descendance de notre Président. Parait que la télé chinoise en a fait 3 minutes... Ils auraient pu s'abstenir , en matière de népotisme, ils peuvent toujours courir... Vous me direz que ce n'est pas une raison... Bah, il promet ce jeunot, non? ;-))

Idefix, on pensera en efet a vous pour le prochain Nobel!!!

Quant a Audray, c'est rigolo les astres et ce que vous leur faites dire. dites leur d'etre gentils avec ce pauvre BO...

Julie

bonjour a tout le monde!

J ai lu ca ce weekend dans le NYT - vraiment drole je trouve...

https://www.nytimes.com/2009/10/11/opinion/11dowd.html?_r=1&scp=1&sq=ghandi%20wuz%20robbed&st=cse

Tarik A

Bonjour,

Je me permets de citer une citation de Sun Tzu dans l'art de la guerre : "Celui qui n'a pas d'objectifs ne risque pas de les atteindre".
Je crois que les objectifs du président Obama est le minimum à avoir pour un homme qui a tant de pouvoir et c’est peut être aussi pour cela que l’on est ts un peu Obamaniaque :-)

Cependant, j’ai tjs cru que l’idée du prix nobel de la paix n'est pas de récompenser une personne qui vend du rêve mais qui crée une réalité.
je n'ai pas la prétention de dire qui mérite ce prix Nobel mais je ne suis pas du même avis que le jury .

J'ai l'impression qu'en décernant le prix au président Obama, le jury a voulu décerner un "anti prix nobel de la paix" au président Bush et ainsi utiliser le symbole ‘Obama’ comme une critique des dernières années.
Cette impression me rend triste, car à chaque prix Nobel, j’aimerais y voir de l'espoir sur des choses accomplies, connaitre l'histoire d'un Homme qui a déplacé des montagnes pour l'Humanité et qui est arrivé et qui arrivera encore grâce à l'ouverture médiatique et financière offerte par le prix Nobel.

claude

le Potus homme de paix et d'action va tout faire je pense pour limiter les armes nucléaires sur la planète, c'est essentiel pour faire des économies intelligentes, celles-ci doivent être versées vers d'autres causes humanitaires plus utiles, santé et solidarité par exemple, les EU en ont besoin rapidement pour le health care avant la fin de l'année. La France fait des efforts pour réduire son arsenal mais ça n'est pas suffisant; il est nécessaire d'au moins diviser par deux notre potentiel en ogives m45, de limiter très largement le prgm m51 en 2010 pour la fost, de réduire à 3 dizaines nos asmp.a pour la fas, etc. Est-il normal de concevoir des 'cavaliers de l'apocalypse' à 300kt qui ne serviront à rien ? Les économies à réaliser sont considérables ? Les EU doivent continuer à montrer l'exemple car c'est eux qui possèdent la plus puissante armée du monde.

Frederic Val de Marne

De passage en courant...

Chère Anne, je me reconnais complètement dans ce que vous avez écrit.
Accorder un prix Nobel anticipé va susciter de tels espoirs irraisonnés qu'ils vont inévitablement aboutir à une déception car, bien évidemment, tout ce qui est entrepris ne pourra pas arriver à son terme au bon moment ; ne serait ce qu'au Proche-Orient où de trop nombreuses factions n'ont absolument aucun intérêt en une paix durablement établie entre Israël et Palestine ; ni en Afghanistan avec les talibans qui ne veulent pas de la démocratie.

Ce matin-là, Barak Obama a peut être plus ressenti un grand vertige qu'une réelle satisfaction.

Je me sauve, bises à ces dames.

Anne Sinclair

Tim,Marc JP, Ketchup: je vous rejoins évidemment. Espérons que ce Nobel renforcera sa stature en effet et clouera le bec aux gens qui usent de la haine et du dénigrement. Espérons, dis je.

Anne Sinclair

Cmic: contente de voir votre photo. je vais lire l'article.

Anne Claire, bienvenue, et bonne chance a NY

Attila: c'est pas mal trouvé l'intelligence émotionnelle. le seul pb, c'est que ans ce cas cela laisse place aussi à l'animosité émotionnelle!

twitter.com/cmic

Bonjour,
J'ai lu avec intérêt l'avis de Palice Mucere, consultant en résolution des conflits. De Nairobi, il le qualifie de "victoire de l'éthique" https://bit.ly/7K9Zx
Un éclairage un peu différent.

attila

Voici les mots de BO:
https://www.liberation.fr/brut-de-net/06011340-j-accepterai-cette-recompense-comme-un-appel-a-l-action
Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.

Anne Claire

Je suis d'accord avec votre analyse, Anne, j'ai l'impression qu'on lui a tiré une balle dans le pied. Ce sentiment de mal aise que vous semblez avoir, je le ressens aussi: comment décerner un prix Nobel de la Paix à un homme qui n'a pas encore pu faire vraiment ses preuves, et ce, malgré des espoirs qui semblent bien prometteurs. Wait and see. J'ajoute que je suis une petite nouvelle,française, dans quelques mois new yorkaise, très particulièrement sensibilisée à la vie américaine mais forcément interèssée par l'économie française. J'y reviendrai.

attila

Il existe différentes sortes d'intelligences: occidentale, orientale, africaine, américaine, féminine, masculine, etc. Chacune de ces variantes ont aussi des sous-variantes: matérialiste, utopique, mercantile, rationnelle, etc. Mais il y en a une qui est universelle: c'est l'intelligence émotionnelle dont voici une ébauche de définition:
https://www.trans4mind.fr/coeur/index.html
qui semble extraite d'une école de formation pour la sélection d'embauche. C'est juste un exemple piqué sur le net.
D'ailleurs cela ne m'étonnerait pas que Barack Obama ait suivi ce genre d'école lorsqu'il était sous la surveillance de sa future épouse Michelle ... à vérifier. En tout cas il est un exemple brillant et convaincant d'une telle formation dont on peut sculpter un leader politique.
Alors que reproche-t-on au comité de sélection du Prix Nobel de la Paix d'Oslo. D'avoir recouru à une intelligence émotionnelle? De se baser sur des discours (Washington, Prague, le Caire, Accra en attendant ceux de Pékin et de New Delhi)? L'homme qui a en main le plus gros bâton nous tend d'abord des ... bonbons. Acceptons-les sans calculs car les engagements que BO a pris sans contrainte ne reviendront peut être pas et n'oublions pas qu'il a toujours le bâton en main.

Mélanie

Bonjour everybody!

@ Lady-Anne, je vous cite et vous confirme que je l'ai vu, aussi:
"Lech Walesa, Prix Nobel de la Paix 83 a eu ce cri du coeur "mais il n'a encore rien fait"!

Un Nobel d'encouragement?!...

https://www.ladepeche.fr/article/2009/10/10/691286-Un-Nobel-d-encouragement.html

"Le jury du Nobel de la paix a toujours donné un sens politique au prix qu'il décernait. Cette année, il n'a pas accordé une récompense à l'heureux élu, il lui a prodigué un encouragement. Il a voulu conforter Obama dans la politique qu'il a impulsée, comme si les premiers pas effectués par le président américain constituaient une marche vers la paix. Une longue marche, sans doute, au cours de laquelle il devra désormais engranger des résultats."
---
en fin, c'est la première fois dans l’histoire du prix qu’on attribue ce Nobel à un chef d’état dont le pays est officiellement EN GUERRE (Irak et Afghanistan)... est-ce qu'il aura suffi de qqs déclarations d’intention et de beaux discours pour mériter une telle récompense?!...

nope, I guess not, car la réalité réelle dément tjs les beaux rêves aussi puissants soient-ils... ce n’est que dans les FAITS accomplis que l’on peut juger de l’action d’un homme ou d'une femme...

un ami canadien me disait hier que c'est un anti-prix Nobel, un "anti-bush", plutôt un aller-retour sur les joues de la shrubby, cheney&co administration, une sorte de "bravo et merci de nous avoir débarrassés de cette clique-là!"

évidemment qu'il n'y a aucune comparaison possible entre Prez-Obama & Buci(Hispanic prononciation=>"fesses" en roumain!)...;-)

Quant à la majorité des reps et autres "renards" qui affirment que le Nobel est tellement "sour"=aigre, acide comme les raisins verts, ils doivent en avoir leur raison "foxienne"(fox-fake news)... finalement, ils devraient s'en réjouir, puisque "W" aura sa place dans l'histoire des USA, il représente l'unité de mesure des prez-US, si, si:

https://www.cnn. com/2009/ POLITICS/ 10/09/oakley. obama.nobel/ index.htm

un philosphe roumain(et non pas BHL!) a dit qu'un crétin est extrêment important dans n'importe quelle discussion ou conversation parce qu'il représente justement l'unité de mesure de l'intelligence...;-)

bein, oui, on pourrait dire que "le bush" est l'unité de mesure des prez-US, à une condition: rien ne peut descendre plus bas(pléonasme exprès!) qu'un bush!!! par exemple, on pourrait affirmer que le prez-X a fait qqchose égal à "10 bush" ou qu'il est descendu de "2 bush", ce qui rapproche inévitablement du ridicule... la conclusion: ceux qui disaient que bush resterait dans l'histoire avaient/ont raison!!!☺ ☻ ☺
---
only in America...☻:-(☻

https://www.cnn. com/2009/ CRIME/10/ 09/gun.soccer. mom.dead/ index.html? iref=newssearch

"Meleanie Hain drew media attention on September 11, 2008, when she carried a Glock strapped to her belt to her daughter's soccer game.

Nine days later her permit to carry a gun was revoked by Lebanon County Sheriff Michael DeLeo, who claimed she showed poor judgment by wearing the weapon to a child's game. County Judge Robert Eby later reinstated the permit."

P.S. "Meleanie"... very bizzarre and weird spelling, never seen before... et "hain", ce serait plutôt "haine", brrr!!!
---
At least, la "hockey mom" from Alaska était plus drôle... elle doit se préparer à plumer les dindes pour l'action de grâce et faire coucou à Vladimir-P de sa véranda.

Robert

Bonjour !

Les responsables du Nobel de la paix sont tombés dans le panneau.

Un "prix d'encouragement", des millions d'individus le mériteraient pour des millions de raisons.

Sauf que dans le cas qui nous occupe, il s'agit du POTUS et... d'Israel/Palestine, d'Irak, d'Iran, de Cuba, de Corée du Nord, de Chine, du nucléaire, etc.

Au Canada, on a l'habitude de dire que le POTUS est "notre" président, un président pour lequel nous ne pouvons voter mais qui exerce une influence démesurée sur d'innombrables aspects de notre vie.

Les responsables du Nobel de la paix cherchaient-ils à faire entendre la voix du reste de l'humanité, celle qui justement voit un peu en BO "son" président mais qui ne peut pas l'exprimer par la voie des urnes ?

Je vous soumets cette remarque après avoir entendu hier au marché de Quimper une jeune trentenaire déclarer : "Après tout, cet Obama, c'est aussi un peu notre président." ?!?!?!

Pauvre Sarko, qu'est-ce qu'il doit être furieux, lui qui, il y a peu de temps encore, saluait en Obama un allié qui se joignait à lui pour changer le monde !!!!!

Tim

Mme Sainclair,
Vu de France, l'impression est nettement qu’Obama fait actuellement face à une massive campagne d'opposition, de déstabilisation et d'attaques des plus virulentes, dont l’effet est de plus fortement amplifié aux yeux de l’opinion par l'habituel effet "boule de neige" de la caisse de résonnance médiatique.
Face à cela, il me semble qu'il n'y a guère que 3 attitudes possibles pour chacun :
- l'indifférence,
- se laisser entraîner à crier avec les loups, dont beaucoup n'attendent qu’une chute d’Obama qu'ils feront tout pour précipiter,
- ou persister à considérer que la présidence Obama, avec ses qualités et défauts, ses discours et ses attentes de résultats, est pour autant une chance historique pour impulser une nouvelle donne internationale si indispensable, chance qui ne se renouvellera peut-être plus de si tôt (après Bush fils, on peut légitimement se dire qu'impossible n'est hélas pas américain...), et donc tout faire pour renforcer sa position par un soutien sans ambigüité à sa ligne politique et à son action internationale.
C'est me semble-t-il très clairement le choix fait par l'académie Nobel, et personnellement je m'en réjouis pleinement, voyant dans ce soutien prestigieux beaucoup plus de possibles effets positifs, par un opportun renforcement de sa stature nationale et internationale, que d’effets négatifs, même s’il y en a sans doute

Philippe Pugnet

Anne, en vous lisant avec beaucoup d'intérêt, j'essaye de comprendre ce que Barack OBAMA a dit peu de temps après avoir appris qu'il était prix Nobel de la Paix : "Ce prix reflète le monde que les Américains et d'autres essaient de construire, à la hauteur des attentes de nos Pères fondateurs...c'est un appel à relever des défis".

Afghanistan, Iran...oui vous avez raison mais si l'envoi de troupes en Afghanistan ou la fermeté vis à vis de l'Iran sont des conditions sine qua non au maintien de la paix, ne pensez-vous pas que cette fameuse force morale sera un atout le moment venu ?

La paix : ne faut-il pas parfois y mettre le prix pour la sauvegarder ? Barack OBAMA trahirait-il cette confiance que les Nobels ont mis en lui,comme vous dîtes, s'il advenait qu'il utilise un jour la fermeté là où la diplomatie reste impuissante à faire respecter le droit ?

Je m'interroge.

Marc JP

Moi aussi, pourtant fervent défenseur d'Obama, ait été surpris par cette nomination, laquelle, à mon avis vient beaucoup trop tôt et pourrait s'avérer un piège! Par exemple, le dossier du Moyen Orient est loin d'être résolu, et pas à cause du manque de volonté d'Obama, mais plutôt à cause de l'intransigeance des propres acteurs, surtout du côté israélien. Et on pourrait aussi parler de l'Irak, de l'Afghanistan, etc.
Ceci dit, je crois qu'il vaut mieux ne plus en parler de trop. Ce qui est fait, est fait. Obama doit le prendre comme une incitation à lutter pour la paix, et l'avenir nous dira s'il aura mis touts ses efforts dans l'aventure, et quels seront les résultats obtenus. Mais ce ne sera pas facile, seul il ne pourra pas faire grand chose. C'est en fait une responsabilité collective! Mais l'aidera-t-on?

Ketchup

Peut-être que ce sont les temps dans lesquels nous vivons, avec les nouveaux moyens de communication, qui changent la nature de tout, y compris du prix Nobel de la Paix que l'on decerne maintenant quelqu’un pour une initiative qu’il vient d’amorcer, alors que rien n’a, pour l’instant, été accompli. Tout va plus vite, et peut-etre trop vite.

En tous cas on sait déjà qui va s’en donner à cœur joie : les mêmes qui s’en donnent à cœur joie depuis l’élection d’Obama et qui font tout leur possible pour ternir son image.

Mais tout cela, comme son élection n’en reste pas moins un superbe symbole, et représente une lueur d’espoir qu’un jour, nous vivrons dans un monde en paix et dénucléarisé.

https://frketchup.blogspot.com/2009/10/le-dalai-lama-mere-teresa-et-barack.html

Françoise Dumont

J'ai été moi aussi très déçue des réactions dans mon parti concernant F Mitterrand. Benoit Hamon pour ne pas le citer. Parler d'une seule voix comme Marine Le Pen, c'est un peu dur à avaler. Même s'il s'est rattrapé depuis. Tous les combats politiques ne se valent pas.

J'ai peur que le Nobel soit bien lourd à porter pour notre prez outre-atlantique. Le comité Nobel a-t-il voulu marquer le symbole d'un premier président "noir" (métis on dit chez nous) aux Etats-Unis ? Cela risque d'être parfois encombrant quand des décisions lourdes seront à prendre. Cela va-t-il l'aider à mener des réformes lourdes, le système de santé par exemple ? Le temps ns le dira. Si oui, alors on se dira que cette nomination aura été profitable.

sequina

Obama Prix Nobel de la paix, why not comme le souligne Philippe dont je partage l'analyse.
F Mitterrand : assez emouvante sa prestation, reste l'ambiguité sur le terme "gosse", il a surfé avec talent, sur le registre de l'emotion (du pur sarko,lorsque celui ci expliquait ses déboires conjugaux)
L'ouverture et ses revers...(Mitterrand n'est pas de gauche). je n'ai pas trop apprécié ses trémolos sur sa vie difficile etc...Et il nous incombe de réfléchir sur l'impact, de toutes ses histoires sordides, sur l'opinion publique..."Le tous pourris" revient au galop...Que nous méprisions Le Pen me parait sain : En revanche, gardons nous de lui donner des "biscuits" . Fabius, homme d'Etat, s'il en est, disait, je cite : Le FN pose de bonnes questions, mais apporte de mauvaises réponses...
Un peu facile, le procès d'intention fait à Hamon et certains socialistes.Qu'on nous démontre qu'ils sont à la remorque du FN.
Derrida disait : " les hommes politiques sont les gens les moins libres de notre société". S'il est vrai que la politique est un sacerdoce, la morale s'impose néanmoins, pour rester crédible, pour eviter l'engouement du peuple vers les extrêmes...Robert a ecrit mieux que moi sur le sujet.
Que les fans de Fred Mitterrand, se rassurent : les loups ne se mangent pas entre eux
Bon séjour à notre globe-trotteur,qu'elle n'oublie pas d'être à Paris en 2012

selene

Anne, je vous suis dans ce raisonnement, cependant, je m'interroge également sur le sens du mot "paix". (je n'ai pas la réponse.. je compte sur la Sinclairie pour avancer dans ma réflexion).

La paix est elle seulement l'inverse de "la guerre"?
Faut il céder, toujours et éternellement, pour avoir la paix?
Les résistants lors de la dernière guerre œuvraient ils pour la paix, ou se contentaient ils de faire la guerre?
L'attitude de Pétain est elle préférable à celle de de Gaulle?

Je présume la teneur de votre réponse à ces questions, mais elles se posent à l'heure de ce prix Nobel.

Actuellement, la défense de la paix dans un monde futur libre accepterait elle l'abandon de l'Afghanistan aux Talibans, ou de l'Iran aux fous de Dieu et de la bombe atomique?

Anne Sinclair

Philippe, je comprends ce que vous dites et je cite Bertrand Badie que vous citez vous même: "Il me semble que le but du comité Nobel est de consolider l'autorité morale qu'il essaie de constituer". Why not? Mais le jour où il va décider l'envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan, le jour où les Iraniens lui diront d'aller se faire voir chez les Grecs, que devient cette autorité morale dont on rappellera à chaque instant qu'il trahit la confiance que les Nobel auront mis en lui?

Philippe Pugnet

Anne, à y regarder de plus près , votre analyse semble juste. Pour autant il y a des raisons de se réjouir de voir un homme de cette trempe, empreint d'idéalisme et "boosté" par une ténacité politique hors du commun, se voir ainsi "honoré" par un prix qui sera,quand même, lourd à porter.

On peut y voir comme un encouragement à sa démarche politique ou comme le dit Bertrand Badie, politologue et professeur à Sciences Po Paris ( dans le Monde de ce soir dont je reproduit l'article ci après )comme une consolidation de l'autorité morale qu'il essaie de constituer au niveau international.

Ceci dit les conservateurs ne ménagent effectivement pas leurs critiques à l'instar de Glenn Greenwald

https://www.salon.com/opinion/greenwald/2009/10/09/obama/index.html

Article du Monde

"Le Nobel de la paix est un pari plus politique que moral"


Le président américain Barack Obama a reçu, jeudi 9 octobre, le prix Nobel de la paix. Bertrand Badie, politologue et professeur à Sciences Po Paris, estime que "le comité a essayé de (...) renforcer l'autorité morale du président au moment où elle semble faiblir par rapport aux réalités internationales".

- Pourquoi attribuer le prix Nobel de la paix à un président élu il y a moins d'un an ?

Barack Obama s'est distingué par un effort de vision et de rupture de la politique étrangère américaine. Actuellement, il est dans une phase délicate. Il dispose de peu de relais dans l'espace international et paie le prix de sa solitude. Il me semble que le but du comité Nobel est de consolider l'autorité morale qu'il essaie de constituer. Le comité a essayé de pallier cet effet de solitude pour renforcer l'autorité morale du président au moment où elle semble faiblir par rapport aux réalités internationales.

Nous assistons en ce moment à une redéfinition intellectuelle de la politique étrangère américaine. Il s'agit de remises en question profondes : remise en question de l'unilatéralisme prôné par les néoconservateurs, remise en question de la croyance en l'usage systématique de la force, remise en question de la supériorité de l'Occident et de la démocratie occidentale sur le reste du monde. Ce que la position de Barack Obama a de réellement nouveau, c'est une modération de ton et un refus de tenir pour évidentes des solutions bricolées dans les années 1990.

Or Obama est appuyé dans ses efforts par l'opinion mais peu relayé par les acteurs de la politique internationale, notamment par une Europe qui reste campée sur des positions plus traditionnelles, qui s'apparentent à une forme de "bushisme mou". Le président américain a besoin d'un soutien fort de la société civile internationale, et le comité Nobel s'en est fait le relais.

- N'est-il pas problématique pour un président en exercice d'être érigé en autorité morale ?

Décerner le Nobel à Barack Obama est un pari. L'attribuer à un président en exercice est assez rare, et surtout cela n'a pas souvent porté chance au récipiendaire, qui se sent obligé par l'autorité qu'on lui confie. Le comité Nobel contraint d'une certaine façon Barack Obama à se maintenir sur ses positions, à rester dans l'axe qu'il a choisi jusqu'à présent. Ce prix consacre sa position de leader moral, mais c'est aussi une façon de le tenir à l'écart d'un retour vers la realpolitik, qui reste toujours possible. Cela revient à valider une politique étrangère que l'on connaît encore mal, mais dont on sait qu'il sera difficile de s'en écarter.

C'est également une façon de lui donner du poids au sein même de son propre pays, où sa politique est paradoxalement plébiscitée et menacée par une opinion publique sceptique et une contre-offensive des Républicains sur des sujets de politique intérieure, et de plus en plus sur des choix de politique internationale.

Ce prix peut encourager Obama à poursuivre son action au Proche-Orient, où il se trouve actuellement en échec, mais aussi face à l'Iran, où sa politique de dialogue est en difficulté et en Afghanistan, où il est poussé à la surenchère. Obama est en quelque sorte conforté dans ses choix initiaux et incité à différer une éventuelle radicalisation.

- Ce choix est-il justifié si l'on considère les autres nominés, dont le parcours peut sembler plus riche de réalisations ?

Il faut être prudent dans notre interprétation des prix Nobel. Le critère de justice n'est pas l'élément le plus déterminant. Le comité est composé d'êtres humains, et les prix qu'il décerne ont une signification politique avant d'être éthiques. Il est impossible de déterminer qui est la personne ou l'organisation qui œuvre le plus pour la paix et la justice mondiale à l'heure actuelle. Il faut considérer le prix Nobel comme un acteur international non étatique, le représentant d'une certaine forme d'opinion publique internationale, un peu comme les grandes ONG – Amnesty International, Human Rights Watch...

Lorsque le prix Nobel de la paix est décerné à Begin et Sadate, cela traduit une volonté d'indiquer qu'une certaine approche de la question proche-orientale mérite d'être soutenue. Lorsque le prix est attribué à Gorbatchev, c'est un pari politique avant d'être un pari moral. Le choix de Barack Obama me paraît judicieux car nous avons besoin de définir le monde dans lequel nous vivons. Pour l'instant, nous savons juste que nous sommes dans "l'après-1989", c'est tout. Nous n'avons pas le courage de renouveler nos pratiques diplomatiques, mais Obama montre un peu le chemin de cette redéfinition. Le comité Nobel dit que cette direction est la bonne. C'est un choix politique que l'on peut partager ou non, mais qui fait sens.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Panama City Février 2011

  • Panama City Fevrier 2011
    Vieille ville et ville nouvelle

Singapour 01/02/11

  • IMG00035-20110131-2018
    La Marina avec ses nouveaux buildings et la skyline vue du mon hotel

Alger 3/11/10

  • Rue de la Kasbah
    Kasbah et balcon du Palais du gouvernement

Kiev et Yalta 02/10/10

  • IMG_0319
    Les bulbes des églises de Kiev, la conférence où se trouvait Clinton, et le palais Livadia où furent signés les accords de Yalta en février 1945

Les jardins de la WH 18 avril 2010

  • Comme tous les gogos...
    Chaque année, les jardins s'ouvrent pendant deux jours au public et deviennent lieu de promenade familiale. Nous devions être 3000 ou 4000 ce dimanche à l'heure du déjeuner

Inauguration Day 20/01/09

  • DSC00415
    Inauguration Day 20/01/09. Sur le Mall avec deux millions de personnes