Chercher

  • Google

    ailleurs
    dans ce blog

Evaluez les notes

  • Copiez et collez !

    ☺☺☺☺☺☺☺☺ Smiley classique
    ☻☻☻☻☻☻☻☻ râleur ou triste
    ♥♥♥♥♥♥♥♥ hormonal
    ♪♪♪♪♪♪♪♪ joyeux
    ♫♫♫♫♫♫♫♫ hyper joyeux
    ☼☼☼☼☼☼☼☼ Soleil

mai 2011

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

« Mr Hu chez Mr O | Accueil | SOTU speech »

21 janvier 2011

Commentaires

Bloggy Bag

@charlotte : le chat est beaucoup plus chronophage et en plus il gère mal les décalages horaire de ce blog dont l'audience est à l'évidence multi fuseaux horaires.

Charlotte

Je vous comprends, mais en me relisant je vois que.... J'avais oublié de dire (à propos du chat)juste pendant The State of the Union!
Pas du tout pour changer tout le blog, je me suis mal exprimé...
Et pour votre placidité... Je vous le reproche. Don't 4get u r AS. Vous voulez que je renvoie une couche de Fr Giroud?

Anne Sinclair

@ Francois Fonlac, je ne comprends pas de quelle série vous parlez: Camelot? Et je vois bien votre admiration pour Kennedy... Mais il n'était pas si altruiste que cela, n'exagérons rien...

@ Clara et Mélanie: rien compris a votre aparté sur stevia. On peut être dans le coup?
Décidément le froid qui sévit ici doit m'avoir ralenti le cerveau car je m'apercois que je ne comprends rien a ce qui se passe visiblement... :-)

Anne Sinclair

Sylvian, ca m'intéresse de savoir ce que pense un ex expat de retour dans son pays. Au début, tout semble nouveau, mais après? tenez nous au courant.

Anne Sinclair

Bloggy Bag, je ne vous ai jamais demandé, mais la Marianne sur votre identifiant, c'est la classique BB??

Anne Sinclair

Hermès et Thésée: vous êtes les seuls (jeunes) dieux antiques de ce blog. Vous avez raison, l'autre n'est qu'un usurpateur!
Yul vous répondra mieux que moi, mais l'Amérique regorge de camps de vacances qui ont l'air d'être ce que vous souhaitez!

Anne Sinclair

Charlotte, 1) Jan me semble bien vindicatif et désagréable,mais vous connaissez ma placidité
2) sur le chat, je ne crois pas qu'il faille transformer ce blog en autre chose. Entre quelques uns d'entre nous, des relations existent, mais moi je ne me sens pas d'ouvrir un grand chat avec tout le monde...
3) vous avez attiré mon attention sur les chansons détournées. Vous avez raison, j'y veillerai au lieu de valider distraitement.

Charlotte

Vous voulez bien alors?
Qui d'autre?
PS ce Jan me semble bien limite

Jan

Toujours droit à l'essentiel... Enfin, bref, on espère quand même que tout ça ne vous empêchera pas de passer des vacances bien méritées en Tunisie, n'est-ce pas?

Bloggy Bag

"Alors, raconte qui veut, ironise qui veut, je suis ouverte d'esprit et tolérante, surtout face au délire débridé."

Ça nous n'en doutions pas et il en résulte un je-ne-sais-quoi de sagesse et de bienveillance plutôt rare de nos jours.

Charlotte

J'ai une idée pour réveiller un peu le blog.... Un chat entre tous ici PENDANT... Enfin, si ça vous tente de le regarder avec L'Ipad sur les genoux... Nous on se couchera une nuit hyper tard et vous chatterez avec nous! (NE PAS PUBLIER SI VOUS VOULEZ PAS!!! Bisous)

Charlotte

La famille Obama se met au chinois

La Maison Blanche gardait un atout caché pour étayer le G2, le directoire mondial Chine-USA: Sasha Obama, la plus jeune fille du président américain, âgée de 9 ans, apprend le chinois, a-t-elle révélé cette semaine, à l'occasion de la visite d'Etat de Hu Jintao. Sasha a même eu l’occasion de tester ses premières phrases auprès du président chinois, a fait savoir l'entourage d'Obama. « Elle a eu cette chance et je pense que cela témoigne de l’intérêt pour la Chine aux Etats-Unis, et de notre désir de mieux connaître ce pays » a expliqué Ben Rhodes, conseiller à la Maison Blanche.

Mélanie

@Hi and thanx Sy(lvain)!

Je l'ai souvent pensé, mais TU l'as fait...:-)
Congrats&xoxoxo.

Françoise Dumont

Bienvenue Sylvain sous le ciel parisien. Pour les derniers jours de l'expo Monet, c'est nuit et jour ; il parait que quelle que soit l'heure, c'est 2h de queue.

Clara

Dear Mélanie,
Yes, I like stevia... It seems you have read my article in the newspaper ♥

Hermès et Thésée

@ Yul : Désolé de ne pas avoir pu vous répondre avant. Pour les E.U, c'est un rêve mais je ne sais pas s'il se réalisera cette année. D'ailleurs, est ce qu'il existe chez vous, ce qu'on appelle ici des "colos" ou si vous préférez des camps d'été qui permettent de se retrouver avec des jeunes de la nationalité du pays.

@ Mme Sinclair
"plus si jeunes que ça" ? Qu'est ce qu'il ne faut pas lire. Je suppose que vous êtes fière de vous ? Enfin, ça a eu le mérite de me faire rigoler mais attention en juillet.... la vengeance sera terribleeeeee.
Au fait, je suis d'accord avec Syvain mais pour une autre raison. C'est qui cet Hermès usurpateur de pseudo ?

atlas

Le Président

L’opposition à chaux vomit la bile de ses jours de soufre
Expectorant des crachats de rancœurs au-devant de la tradition
Nourrie par un nihilo-cynisme s’effritant de vieux pots de fer
Une querelle éternelle faisant l’objet d’une friction magnétique
Entre les pouvoirs olympiens et les contre-pouvoirs icariens

Aucun respect pour la figure tutélaire de la magistrature suprême
Ni pour aucune loi nationale toujours plus inique que la veille
Les tendances molles de l’anarcho-syndicalisme descendu des filatures
Quand l’homme arc-bouté sur son métier mourrait d’une arthrose crânienne
Un peu ignorant des combines et des coulisses qu’il faut bien admettre

Il trône sur son char Leclerc mandaté par une adhésion populaire
Sous les dorures de l’Élysée où les manigances sont filles du pouvoir
La moindre brindille de pensée secoue les rameaux du parti pris
Faisant tomber les enclumes clichées du large panel des déjà vus
Pas une systole de bon cœur contre la mauvaise fortune du pardon

Anne Sinclair

Sylvain, vous avez raison, j'ai publié ces parodies de chansons pour montrer la dérive de certains, mais ça suffit, c'est vrai, je crois que vous avez tous compris.
Quant à la distance, je n'en mets pas tant que cela et il me semble que je couvre avec intérêt (peut être le vôtre n'est plus là?) ce qui se passe ici et qui continue de me passionner.

D'où ma réponse à Bloggy Bag: je n'avais pas vu le sketch de Bedos fils. Il faut laisser les humoristes se débrouiller avec leur humour, et il semble le faire avec gourmandise. A chacun d'apprécier selon ses limites.
Pour ma part, tout va bien, Washington est une ville où je me plais contrairement à ce qu'affirment les gazettes (mais les gazettes...!) et ce blog en est témoignage. Alors, raconte qui veut, ironise qui veut, je suis ouverte d'esprit et tolérante, surtout face au délire débridé.

Bloggy Bag

C'est quoi être grand (président ou pas d'ailleurs) ?

Savoir voir au-delà de l'horizon, être présent juste là où il faut le temps qu'il faut, imprimer une part de mystère dans l'esprit de l'autre pour qu'il projète sur vous ses espoirs et ses idéaux.
En somme, c'est savoir être là juste à la bonne dose dans les temps présent et futur pour laisser dans le souvenir des hommes le meilleur d'eux-même. C'est une présence, un rapport au temps.

Bloggy Bag

NB : au cas où le post censurait l'article, la vidéo est la

http://www.dailymotion.com/video/xgob2p_nicolas-bedos-se-demene-pour-dsk-fun-fog-210111_fun

Bloggy Bag

Aparté digressif sur un extrait vidéo transgressif : http://www.lepost.fr/article/2011/01/22/2379449_bedos-sarkozy-un-vrp-cocaine-s-est-paye-a-coup-de-pub-la-france-pour-epater-une-chanteuse-de-variete.html

Alors comme cela Anne, les soirées à Washington manqueraient quelque peu du sel irrévérencieux d'un Bedos père ou fils ?

Mélanie

@Hi Clara!
un peu off-topic: do you like "stevia"?...;-)
Amitiés&xoxoxo.

Account Deleted

Anne, pourriez-vous cesser de publier une bonne fois pour toutes les chansons détournées d'Hermès ? Votre blog est lu par beaucoup. On pourrait vous le reprocher plus tard. Je sais que vous publiez ce genre de message pour montrer à quel point c'est stupide mais là ça commence à polluer le blog. Ça pue et c'est hors sujet.

Avez-vous remarqué que la Sinclairie s'endort (à part quelques irréductibles bardes...) depuis que vous avez pris quelque distance pour vous protéger des papparazzi politiques et vous isoler afin d'écrire ce fameux livre ? On ne sait plus où vous êtes sur la planète, nous on aimait bien. On comprend mais vous nous manquez !

Je suis de retour en France. Ravi de redécouvrir ma culture (le vouvoiement, le ton feutré des conversations, etc.). L'Amérique ne me manque pas !

Charlotte

WASHINGTON, DC - JANUARY 20: Colin Goddard, shot 4 times in the Virginia Tech massacre, now works for the Brady Gun Violence center, January, 20, 2011 in Washington, DC. (Photo by Bill O'Leary/The Washington Post)

By Petula Dvorak
Thursday, Jan 20, 2011

"Yeah, yeah, yeah," he would hear, one navy blue suit nodding to another.

They would listen to what Colin Goddard had to say, shake his hand, then open the door for the next Washington lobbyist or constituent.

See, Goddard doesn't really warrant a second glance on Capitol Hill. He's a tall, well-spoken, broad-shouldered 25-year-old with a good suit and purposeful handshake. Plus, the arguments he was peddling on sensible gun control had been heard before.

But as Goddard was giving his earnest, wonky spiel about banning the kind of magazines that Jared Loughner allegedly used to spray gunfire in Tucson or requiring background checks on people who buy weapons at gun shows, those listening didn't know there were three bullets painfully worming their way through his body.

If he wriggled in his seat too much, it hurt. And if you touched his skin in a certain spot, you could feel the outline of one of the 9mm hollow-points poking through.

So after trying to play it straight for a while - just another young climber doing his time in the marbled halls of Congress - Goddard realized that he had to speak up about why he cared so deeply about this issue.

"The whole dynamic changed once I told them," Goddard said.

He told them what it felt like to be in French class at Virginia Tech on April 16, 2007, conjugating verbs one minute, then trapped in what looked like a bloody war movie the next.

He told them how feels to be shot four times - left knee, left hip, right shoulder, right hip. (No pain, at first. Just the trickle of blood.)

He told them what it's like to see a pile of bodies so high, the police can't open the door.

And he told them that the 32 people killed at his college that day by Seung Hui Cho might still be alive if it hadn't been so easy for Cho to get the semiautomatic handguns he used.

Gun control activists are often grieving parents, a Million Moms marching. Rarer among their ranks: a 6-foot-3 guy with a high and tight haircut and an easy way with a shotgun.

Goddard's a former ROTC student. He's a sportsman. Three months after he was shot at Virginia Tech, he went wild-duck hunting in Madagascar. His knee hurt a little. But firing a shotgun at Daffy? No problem.

He went on with his life - graduation, internships, job.

But when an oceanography class at Northern Illinois University in Dekalb was interrupted on Valentine's Day 2008 by a graduate student who went off his medication and fired three pistols and a shotgun into the stadium-style lecture hall, killing six, Goddard's mind went right back to that day in French class.

"I was glued to the TV watching it all. Minute by minute, reliving it all," he said in an interview this week.

And that's how he wound up taking a job at the Brady Center to Prevent Gun Violence.

"I didn't even know who Jim Brady was," he said. "My generation doesn't even know about Jim Brady," the press secretary who was shot and partially paralyzed during an attempted assassination of President Ronald Reagan in 1981. "But this is my generation's issue. We are the ones who grew up doing gunfire attack drills in class. Why shouldn't we do something about this?"

He has gone undercover at gun shows all over the nation, his hidden camera capturing how easy it is to buy an assault rifle from someone for $400, no identification necessary.

"It's like buying a TV. Or a sofa," he said.

Apparently, that's not enough for the lawmakers from both parties who are ignoring the bill introduced in the House this week by Rep. Carolyn McCarthy (D-NY) that aims to limit the high-capacity magazines used in these mass shootings.

Come on, now. If you're not going to listen to Goddard - a guy who knows guns and likes to shoot them, who hunts, who walks around with bullets in his body - then what will it take, lawmakers?

When are you going to stop saying "yeah, yeah, yeah" and really listen to what the folks fighting for sensible gun control are saying?

Maybe watching a movie about it will help. Goddard's journey from college student to gun control advocate was made into a documentary, "Living for 32," that will be shown at the Sundance Film Festival next week. Produced by Maria Cuomo Cole and directed by Kevin Breslin, the documentary is on the short list for an Oscar, too.

The timing for the film couldn't be better, given the shootings in Tucson.

Goddard was furious that day. And he asked the question we all should be asking.

"How many is it going take? How many?"

"I'm sitting here watching all those images again. The ambulances. The people crying. The police racing. The flowers. The candles," he said, sitting back in his chair and looking up at the ceiling. "How many is enough?"

E-mail me at [email protected]

François Fonlac


Vendredi 21 janvier,

Le cow boy Malboro....

The key to this success was its transparency. Place lone ranch against a backdrop of buttes at sunset, and just about every positive association a cigarette can carry is in the picture, rugged individualism, masculin sexuality, escape from an urban modernity, strong flavours, the living of life intensely. The Malboro marks our commercial's culture passage from an age of promises to an age of pleasant, empty dreams....
Jonathan Franzen
Et il continue plus loin....
Time stops for a duration of a cigarette, when you are smoking you're acutely present to yourself; you step outside the unconsious forward rush for life. This is why the condamned are allowed a final cigarette, this is why (or so the story goes) gentlemen in evening dress stood puffing at the rail as the Titanic went down, it's a lot easier to live the word if you're certain you've really been in it.

JFK était ce riche passager du Titanic, aucun doute dans son esprit, il habitait pleinement sa vie, il avait et garde une présence au monde qui lui a permis de le quitter avec légèreté et ce malgré les circonstances tragiques de sa mort.
Et c'est cette légèreté, cette vie partie en fumée, que l'on garde en mémoire. Camelot.
La série Mad men, les hommes de Madison Avenue, ceux de la publicité, décrit superbement cette période, le temps de la cigarette triomphante.
Et l'épisode qui relate l'assassinat du président Kennedy est un vrai petit bijou. Pourquoi parce que la série mélange merveilleusement la vie ordinaire des gens avec la grande histoire.
Le bureau avec tout New-York s'est arrêté de vivre. On voit tous les protagonistes qui nous sont devenus familiers, que l'on commence à connaitre comme des proches, éberlués, désemparés, se regrouper devant les postes de télé en noir et blanc.
Ils pleurent, l'incompréhension, la peur, la peine, tout ça est immense.
Mais ceux qui sont le plus affectés, et d'abord la femme du héros de la série, sont ceux pour qui la vie était déjà très lourde.
Et en face de la légèreté du grand héros qui vient de rejoindre sa légende la vie semble encore plus pesante à supporter.
Et le trait de génie des scénaristes est d'avoir imaginé la tenue d'un mariage qui se passe le lendemain de l'assassinat.
Le mariage événement léger par excellence pèse ce jour là des tonnes avec tous les invités qui s'esquivent à un moment ou à l'autre dans l'arrière cuisine pour regarder les nouvelles.
Et pour conclure à votre avis pourquoi les Kennedy gardent-ils un tel aura , n'est pas parce qu'ils ont mis leur richesse au service de tous, mal acquise certes comme d'autres à travers un quelconque cow boy Malborough mais dépensée et mise au service du public. Devenue ainsi utile.
Pendant que les pauvres petites filles riches de leur temps les Doris Duke, héritière du tabac ou pire sa copine Barbara Hutton, gâchaient la leur et passaient de maris en gigolos une vie très malheureuse.
Non l'argent ne fait pas toujours pas le bonheur cinquante ans plus tard mais l'Industrie du tabac est toujours vivante et elle avec ses copines, les autres grandes corporations, elles ont perdu pour la plupart tout sens de la responsabilité vis à vis de la société qui fait leur richesse. Elles ne gardent l'œil rivé que sur leur bottom line, leurs profits et le cours de leurs actions.
Et c'est toute la différence avec l'époque et l'action des Kennedy, ce passage du temps des promesses à celui des rêves plaisants mais vides.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Panama City Février 2011

  • Panama City Fevrier 2011
    Vieille ville et ville nouvelle

Singapour 01/02/11

  • IMG00035-20110131-2018
    La Marina avec ses nouveaux buildings et la skyline vue du mon hotel

Alger 3/11/10

  • Rue de la Kasbah
    Kasbah et balcon du Palais du gouvernement

Kiev et Yalta 02/10/10

  • IMG_0319
    Les bulbes des églises de Kiev, la conférence où se trouvait Clinton, et le palais Livadia où furent signés les accords de Yalta en février 1945

Les jardins de la WH 18 avril 2010

  • Comme tous les gogos...
    Chaque année, les jardins s'ouvrent pendant deux jours au public et deviennent lieu de promenade familiale. Nous devions être 3000 ou 4000 ce dimanche à l'heure du déjeuner

Inauguration Day 20/01/09

  • DSC00415
    Inauguration Day 20/01/09. Sur le Mall avec deux millions de personnes