Chercher

  • Google

    ailleurs
    dans ce blog

Evaluez les notes

  • Copiez et collez !

    ☺☺☺☺☺☺☺☺ Smiley classique
    ☻☻☻☻☻☻☻☻ râleur ou triste
    ♥♥♥♥♥♥♥♥ hormonal
    ♪♪♪♪♪♪♪♪ joyeux
    ♫♫♫♫♫♫♫♫ hyper joyeux
    ☼☼☼☼☼☼☼☼ Soleil

mai 2011

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

« A minuit, ce soir, qui paiera les pots cassés? | Accueil | Fin »

09 avril 2011

Commentaires

Anne Sinclair

Rap[hael: il y a une différence entre le floutage de la bouteille de coca et celui - parfaitement justifié - d visage des mineurs... ! Et même sur le floutage du Coca, je m'en fiche! arrêtons les idees trop simples et de mettre l'exigence de vérité là où elle n'est pas.

Anne Sinclair

Ne revez pas, Anthony!!!

Anna Rensberg

Bonjour, Madame Sinclair, Bonjour à tous

On attend une politique budgétaire raisonnable, et la continuation des contestations des Reps.... http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/201104/10/01-4388371-discours-dobama-mercredi-sur-la-politique-budgetaire.php

Anna Rensberg

philippe marga

Un commentaire un peu tardif quant aux pressions des Républicains sur notre pauvre Obama (mais vieux motard que jamais, comme dit ma grand mère).
Dans cette sorte de "cohabitation" à l'Américaine, les républicains me semblent avoir privilégié une posture d'opposition, plutôt qu'une réelle opposition. Sur le thème du "retenez moi ou je fais un malheur", ils auront donc fait monter les enchères...pour finalement passer un compromis avec le gouvernement Obama. Sans doute pas par esprit de conciliation, non, mais peut être tout simplement par crainte d'un revirement de l'opinion publique. L'important était donc de montrer qu'ils étaient prêts à combattre l'IVG, pas d'obtenir son abolition.
Il fallait combattre le gouvernement de ce communiste d'Obama (!), mais certainement pas bloquer toute la machinirie institutionnelle des Etats Unis.
Tout simplement parce qu'une bonne part des citoyens américains est vraisemblablement semblable à la majorité des miens : ils attendent surtout des politiques...qu'ils leur fichent la paix. Non ?
PS : si l'on pouvait, sur ce blog, fiche la paix à notre hotesse avec ces messages directs ou indirects quant à l'élection présidentielle française, cela en rendrait la lecture plus agréable, non ?

Sylvain de la Sinclairie

Aujourd'hui 11 avril, entrée en vigueur de la loi contre tout visage couvert dans les lieux publics... Je me faisais la réflexion ce week-end que ces questions d'islam, de voile, d'immigration, etc. - même si elles soulèvent de vrais sujets de société - ne sont que stagmatisation politique, que peur de l'autre, qu'"homo"-"phobie". Parlant d'homophobie, il suffirait de tellement rien pour stigmatiser à nouveau la communauté LGBT. Instrumentaliser les électeurs pour détourner l'attention sur les vrais sujets...

@Raphaël : vous allez finir par vous lasser et nous quitter... tel un morpion vous vous accrochez, mais je peux vous assurer que vous n'êtes ni le premier ni le dernier à vous comporter de la sorte et à finalement partir... question de temps pour vous et de patience pour nous.

Ozymandias

Bonjour Madame, bonjour tout le monde,

@Mélanie

"Avoir un nez de juif ou de juive".

Des expressions de ce genre sont monnaie courante chez les racistes ordinaires, ceux qui ont la lâcheté de taire leurs basses haines et ne sachant pas que leur bêtise, même cachée, se voit comme le nez rouge d'un clown.
Comme si le nez avait une race ou peut-être une race quelconque avait-elle un nez spécifique.
Le Juif, ce bon bouc-émissaire historique toujours persécuté -de l'Exode à l'Holocauste, en passant par La Destruction du Temple, par Massada, par les Pogroms et autres Solutions finales- de par son destin de Témoin Universel a, en fait, prouvé son Eternité et par voie de conséquence, l'Eternité de tout homme et de toute femme luttant pour le triomphe des éternelles et nobles valeurs humaines.
Que des petits imbéciles moquent son nez ou se moquent de son physique!!!
Il faudrait peut-être se rabaisser à leur niveau et leur dire, à ces imbéciles, que ce n'est pas donné à tout le monde de posséder l'incomparable Beauté juive.

"La bave du crapaud n'atteint jamais la blanche colombe".

Morale d'une Fable de Bidpay, le brahman hindou.


So

"Juste une anecdote pour vous raconter le fonctionnement rigoureux de ce pays"


A force de nous raconter des anecdotes, je ne vous vois plus de la même manière chère Anne. Continuez de nous surprendre :)

Charlotte

Encore un 7,1 à Fukushima...

Anthony

Sans importance certes. Mais à force de silence face à cette médiocrité, on en devient complice. On se révèle simple consommateur d’informations. Avec une telle présence et une telle puissance, la presse aujourd’hui devrait être au cœur de l’éveil de nos consciences, de celles de nos enfants. Mais les journaux télévisés ne cherchent plus l’information mais l’audimat. Heureusement quelques émissions dépassent cela. Et puis, il nous reste la presse écrite. Ces hebdos peuvent prendre le temps de la réflexion, disposent du temps de la rédaction et du volume pour l’expression. Pas complètement naïf, je savais bien qu’il fallait prendre du recul face à ces «échos.» Mais là, c’est une gifle en direct. Désolé, mais je ne tendrais pas l’autre joue. Je confirme ma pause dans la lecture du Point, quant bien même notre lecteur masqué viendrait à s’excuser...

Account Deleted

Bonjour Anne , Toutes et tous

J'aime bien la pub clio!
Quand je pense qu'on a viré Georges de Caunes pour une pub pour un futal!!!
La vie est injuste!

Zac a dit:
Je le dénigre!
Non pas vous mais, vos propos un peu du genre gourou, faux dandy affectant d'afficher une attitude peu naturelle, peu sincère.
Au 18 éme on disait fat, médiocre et satisfait de lui-même, cela vous convient il?


Account Deleted

Zac a dit !

« pauvres individus pris à notre insu dans l'incommensurable, mystérieuse, transcendante tempête cosmique. »

Si j’ai maintenant comme objection l’incommensurable, mystérieuse transcendante tempête cosmique que voulez-vous que je réfute ?
C’est au-dessus de mes moyens intellectuels !

« Ce n'est pas la beauté qui engendre des infamies, ni la religion d'ailleurs, mais l'homme. »
Taïaut, taïaut, la religion n’est pas source de conflit ?
Ouvrez donc un livre d’histoire !

« Un homme bon n'ira jamais massacrer ses semblables au nom de sa religion ou de son pays. »
Là je ne saurais trop vous conseiller de vous pencher sur l’histoire des crimes collectifs où de bons pères de famille allèrent gaiement massacrer la gueuse rien que pour le plaisir, au nom d’une idéologie et la religion en est une particulière certes mais une et indivisible idéologie !
Je ne vous parlerai pas non plus de la soumission à l’ordre, ni des travaux de Karl Jaspers !

Puisque zac a dit!

Quant à mon raisonnement tordu il vous parle de ce concept très subjectif et à forte dualité qu’est la beauté.
Il m’est inutile de vous renvoyer chez Platon et d’y faire Banquet, sans doute n’y découvririez-vous pas son aporie célèbre !
Mais puisque zac a dit !

De la même manière dans votre éloge de la laideur, entre nous c’est du gonflage de roupettes, je vous ferai remarquer que votre amant n’est qu’un rustre sur trois phrases dites, deux commencent par vous êtes laide !
Il enfonce le clou pépère, en PNM …. esthète de con qu’il est !

De plus une femme se sentant aimée tiendrait-elle de tels propos ?
Bref jouer à Don Juan criant :
Cette femme est trop vilaine il me la faut !
N’est pas donné à tout le monde !
Le manque patent de générosité de votre amant me laisse penser qu’à part avoir un nouveau nom à inscrire sur sa liste, sans doute ne pense t il qu’à faire reluire ce cul déshérité ne sachant que s’asseoir, il n’y a rien d’autre.
Je ne le vois pas dans le don l’amant, et l’amante à de forts doutes sur les intentions du bonhomme !

Le lyrisme à cette dose là c’est vite insupportable, pire que tout en fait !

Zac a dit !

Jean Olive du Genou.

Sélène

Nul besoin de liqueur bue, le seul nom du breuvage me soule....

J'ai particulièrement apprécié le clip de 91..Merci Zik. Vous êtes parfaite en testeur de voiture, Anne.. Je ne connaissais pas ce clip, mais j'apprécie ma Clio exactement pour les mêmes raisons que vous le disiez. Vous êtes une magnifique ambassadrice des fabrications françaises!

Raphaël Zacharie de IZARRA

Madame Sinclair,

Il y a malheureusement d'autres travers dans l'univers des journalites, notamment sur le floutage des images...

Le paradoxe de la caméra médiatique consiste à mettre un cache imbécile sur l'objectif, à consciencieusement dissimuler ce qu'elle est censée montrer.

Ainsi à la télévision cette pratique réglementaire, quasi systématique du floutage des enfants, des marques, des témoins et même de certains passants est révélatrice de l'état de total abrutissement de notre société incapable d'assumer la diffusion des différents visages de la vérité.

Ou du mensonge.

La mollesse des journalistes, l'inanité de leur prétendue éthique, leurs minables concessions à des causes bassement mercantiles, leur frilosité, leur lâcheté confèrent à leur corporation une envergure guignolesque absolument méprisable.

Ainsi dans le moindre reportage télévisé pour justifier le floutage de la célèbre bouteille de soda à base de coca nommée COCA-COLA, ces vendus parlent de morale, de respect dû à l'entreprise multinationale qui fabrique cette merde liquide... Ils invoquent le respect de la loi relative à l'interdiction de la mention publique des marques pour justifier leurs odieux -et inutiles- floutages, ils osent même parler de déontologie professionnelle dans le fait de ne pas citer nommément le Coca-Cola ! Comment voulez-vous dénoncer -voire encenser- quand vous vous imposez le devoir de ne pas nommer ? Un journaliste n'est-il pas payé justement pour tenir ce rôle ? Si le journaliste s'interdit de dire ce qu'il pense, à quoi peut-il bien servir ? Si sous couvert de morale professionnelle il se croit obligé de faire le jeu de ceux dont il est censé ne subir aucune influence ni pression, où est son indépendance ? Ainsi de nos jours les marques, les juges, l'air du temps dictent au journaliste ce qu'il doit ou ne doit pas écrire, montrer, citer.

Insidieusement, à force de faire preuve de scrupules envers les entreprises connues pour leur réussite commerciale, célèbres pour leur logo ou leur puissance, et ceci grâce aux lois relatives à la protection de l'image des marques et à la pratique des journalistes relayant cette iniquité, les marques semblent jouir de plus de respect médiatique, de protections légales que les êtres humains. Sur le plan juridique il sera en effet plus périlleux pour un journaliste de salir l'image d'une grande marque de boisson ou de lessive que de s'en prendre à un individu anonyme ! Ce qui est révélateur de la déférence médiatique éhontée faite aux marques et prouve que les journalistes de nos jours se sont prostitués à l'éthique du marché imposée par les grand manitous du matérialisme occidental (qui va jusqu'à investir le code pénal), qu'ils se sont laissés acheter par les mirages dominants du siècle.

Ces journalistes à la solde des puissants ne citent aucune marque, comme si les dépositaires de ces marques n'avaient pas les moyens de se défendre d'eux-mêmes... La critique médiatique des marques est interdite en France. Mais si un produit est de qualité, la marque ne devrait-elle pas pouvoir se défendre d'elle-même sans autre réponse que le produit en lui-même, et ainsi voir la critique s'effondrer face à la "vérité" du produit ? Cela tombe sous le sens. Mais non, les grandes marques non contentes d'asseoir leur pouvoir quasi subliminal dans les esprits faibles ont encore besoin d'une protection juridique sévère ainsi que de la complicité des journalistes pour renforcer leur statut de tyrans industriels.

Les journalistes sont de moins en moins des inquisiteurs, des questionneurs impertinents et de plus en plus des publicistes, des protecteurs d'intérêts économiques. Au moins par omission : la marque n'est pas critiquée, pas citée, à peine suggérée, jamais montrée en images, ce qui contribue à la sacraliser encore un peu plus. Ce sont également des poules mouillées : le coupable qu'il faudrait montrer est au contraire protégé par leur "silence déontologique", le notable s'il est suspecté de quelque faute mineure est évoqué en biais, avec prudence, le magistrat chez eux ne s'affronte que par textes de lois interposés, jamais directement dans leurs lignes ou à travers leur objectif.

Dans ce contexte un journaliste est par définition un poltron, un menteur, un complice de l'immoralité, un esprit sous le joug des valeurs mercantiles.

Bref, un "flouteur" de vérités.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Anne Sinclair

Anthony, vous touchez du doigt le sérieux journalistique de ces "pages d'échos" des hebdos qu'il faut bien remplir et que le lecteur doit prendre avec distance! Vous avez pris, vous, le titre de mon post (dont le fond, sans ambigüité concernait Obama et seulement lui), et j'ai publié, pour être honnête, des gens qui n'avaient pas apprécié (ou qui étaient peut etre des militants déguisés..) Bref, je suis plus que fair play, et les journalistes qui épluchent de près ce blog tous les jours pour y guetter je ne sais quel indice qui n'y est pas, se sont empressés de faire un écho, anonyme et sans le moindre intérêt... C'est sans aucune importance, croyez moi. Juste révélateur.

Anne Sinclair

Jik, pardon j'avais oublié: non je ne pense pas aller prochainement a la télé. Pourquoi donc etes vous tant désireux de le savoir?

Raphaël Zacharie de IZARRA

Pour recentrer les débats sur l'Amérique (certes mon discours déplaira à Gwen78 et à d'autres...) :

LE MOLLUSQUE VENIMEUX DE HOLLYWOOD

Lorsqu'on assiste à une séance de cinéma américain dit "grand public" avec un minimum d'esprit critique, on s'aperçoit que la formidable machine de propagande que constitue le phénomène a durablement modelé la sensibilité dans notre société. Il est évident que la "culture" cinématographique yankee est un produit de consommation universel à hautes teneurs en mensonges, clichés éculés et anesthésiques mentaux, sorte de hamburger cérébral destiné à asseoir l'hégémonie culturelle américaine dans le monde.

Les films "grand public" sortant de Hollywood, tissés sur une trame invariable, servent avant tout à conditionner les esprits, à les aliéner insidieusement à la cause militaire, culturelle et sociale de l'Amérique du Nord tout en enrichissant leurs auteurs à la solde des protagonistes hauts placés qui depuis toujours agitent les ficelles dans l'ombre. Les valeurs défendues à travers les productions hollywoodiennes éclatent à chaque scène :

- Vive l'Amérique !

- Buvez du Coca-Cola !

- Achetez-nous encore des films !

Gigantesque usine à faire de l'argent, mais également pieuvre "décérébrante" aux infrastructures planétaires tentaculaires répandant le poison d'une pensée unilatérale, asservissante, despotique, le cinéma commercial américain a su exploiter les faiblesses de chaque génération, flatter d'un bout à l'autre la gamme des sentiments humains les plus triviaux. Ressorts grossiers mais efficaces.

L'encre du monstre hollywoodien qui dans un vocabulaire bêtifiant écrit sur les écrans de la terre entière ses lois iniques est d'autant plus toxique que, sournoise, elle est inoculée sous forme ludique, formatée, prédigérée : plus la victime en reçoit, moins elle s'en rend compte et plus ses capteurs cérébraux de l'imbécillité, source de béatitude crétinisantes, sont réceptifs.

L'image dans ce contexte, paradoxalement, sert d'écran : elle éblouit, assomme, abrutit pour mieux faire avaler le venin. Violence, vice, vulgarité, argent, superficialité, laideur sont la principale esthétique du cinéma issu des studios de Hollywood. Doté de vertus léthargiques et "imbécillisantes" puissantes, le cinéma américain est un produit de consommation courante dangereux.

A déconseiller absolument pour la bonne santé morale, mentale et culturelle de tout honnête homme digne de ce nom.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Anthony

Juste une mise au Point
La lecture d’un de mes hebdomadaires pendant cette soirée. Pas un journal people, ni même une feuille de choux local…non, non le très honorable et respectable journal Le Point (du 07 avril 2011).
Et là surprise. Page 16, mon œil est attiré, comme toujours, par une photo de vous, chère Anne. Et bien sûr, un titre accrocheur : « Obama fait du tort à DSK ». Il ne s’agit pas d’une analyse politique, pas plus d’une perspective économique, mais juste de reprendre une ou deux citations de « vos blogueurs », suite à votre article « …sans doute candidat… ».
Bien sûr, nous avions réagi. Sans suivre toutes les règles du jeu, pourtant connues et souvent rappelées. Ambiguïté, il ne pouvait y avoir. Chacun est prévenu. Mais ceci ne doit exclure ni l’humour ni même les allusions. Et vous jouez le jeu. Beaucoup sont publiés. Tout à votre honneur.
Alors mettre en avant une phrase de l’un d’entre nous -sortie du contexte, de la nature même des échanges, sans regarder « l’ancienneté » de ce blogueur- dans Le point de la semaine, franchement, quelle déception.
Bien que fraîchement venu sur votre blog, sans anonymat (nom et prénom ont été mentionnés) avec des interventions (très) modestes, mais lecteur devenu assidu, je me permets d’interpeller le « journaliste » lecteur (à priori) de ce blog pour lui suggérer d'éditer cette intervention au titre accrocheur : « Obama fait du tort au journal Le Point ». Et oui, pour la médiocrité et la bêtise d’une telle diffusion, vous avez perdu un abonné, Messieurs du Point.

Raphaël Zacharie de IZARRA

JOG,

Ce n'est pas la beauté qui engendre des infamies, ni la religion d'ailleurs, mais l'homme.

Avec son coeur tantôt mauvais, tantôt bon.

La beauté, la religion, la politique ne sont que des prétextes.

Une âme mauvaise restera mauvaise, qu'elle chérisse la beauté ou bien une collection de timbres. Un homme bon n'ira jamais massacrer ses semblables au nom de sa religion ou de son pays.

Je trouve votre raisonnement tordu, mon propos était purement lyrique.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Jik

Mme Sinclair désolé d'insister mais vous avez oublié de répondre a ma question :

Allez vous passer dans une émission télé en France prochainement ? si oui sur quel chaîne et a quel heure ?

merci d’avance pour votre réponse.

Charlotte

@Mel
Moi aussi un jour j'ai fait un bond de 6 mètres ! Je comprenais soudain que moi aussi, j'étais étrangère à l'oeil qui lui reste. Ça m'a fait un choc!

@Yul
Merci, en plus, c'est plutôt joli par là.

@Anne et Anna
Nourissez pas la bête!!! Vous n'avez pas le la pancarte au pied de son pieu!

Raphaël Zacharie de IZARRA

Pour JOG qui se torture l'esprit au sujet de la beauté : souffrance et beauté

Souffrance et beauté sont deux mystères intimement mêlés. Un champ d'étoiles peut paraître au-dessus de monceaux de charognes après la bataille et parfois on entend le vent chanter sur des terres de famine. Guerre, cris, désespoir et meurtres côtoient l'impassible silence galactique ou bien les parfums enchanteurs du printemps... Gémissements d'innocents et splendeurs des choses semblent indissociables et forment cette réalité étrange, absurde, tragique, cruelle de notre monde.

Souffrance et beauté : les deux facettes à la fois opposées et combinées du grand théâtre de la Création... L'une est une forme d'appréhension du monde, d'expérience des choses en creux, l'autre en relief. L'une en misère, l'autre en gloire.

Les deux sont des modes de connaissance d'une égale richesse. A travers elles les hommes ont un rapport au monde ultime, absolu, pénétrant.

Sacré. Ou pas...

Plein de sens ou d'absurdité.

A chacun de prendre sa part de trésor, à chaque individu de s'adapter, d'ouvrir ou de fermer les yeux, de désespérer ou de chanter, de rire ou de pleurer.

Entre épine et lumière, la destinée humaine est semblable à la rose : l'aiguillon semble inutilement cruel à qui s'y pique tandis que le parfum de la fleur est un cadeau aux yeux de l'esthète.

Sans les piquants, pas de miracle ! La plante ne croît pas si elle ne blesse l'intrus.

Ainsi je crois que beauté et souffrance font partie d'une réalité ambiguë, nécessaire, terrible et belle, sinistre et merveilleuse qui nous échappe, nous malheureux fétus de vanités, pauvres individus pris à notre insu dans l'incommensurable, mystérieuse, transcendante tempête cosmique.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Anna Rensberg

Madame Sinclair,
Pour la joie des americains meteo dépressifs je veux partager un lien.
Je lis au hasard, et je suis admirative devant cette beauté qui me fait pardonner le cynisme de La tandresse....
http://izarralune.blogspot.com/2008/07/794-lclair-originel.html

Anna Rensberg

Raphaël Zacharie de IZARRA

Madame Rensberg,

Comme Anne Sinclair, je ne fonctionne pas à la flatterie (j'y succombe presque, cela dit) et vous le prouve avec ce texte, afin de refroidir votre fol enthousiasme (ou votre cynique ardeur) à mon endroit :

LA FEMME DE CINQUANTE ANS

A vingt ans la femme est légère, voire insignifiante. A trente elle est désirable, à quarante elle est resplendissante, mais dès quarante-cinq ans elle devient douteuse.

A cinquante ans, elle est devenue un fruit en voie de putréfaction.

Je les vois bien ces visages en fin d'épanouissement qui traversent les rues à l'heure de sortie des bureaux, ces corps femelles qui commencent à faner... Je les vois chanceler sur leurs souliers un peu plus épais, ces chandelles presque éteintes. Je les vois peser de plus en plus, ces traits empâtés qui sous le fard inutile annoncent déjà la décrépitude... Ce fard qui souligne la disgrâce naissante de la femme, trahit sa beauté dégradée, ce fard sans joie qui n'est que le dernier artifice de l'amour avant la tombe, l'illusion qui ne trompe plus personne.

Tandis que l'homme vieillit comme un vin exquis, grave et serein, comme un chêne, tout en force et hauteur, tout en charme et légèreté, beau et solennel qu'il est, la femme avec les ans hérite du masque de la pourriture.

En avançant en âge elle doit apprendre à regarder en face sa laideur. Les plus belles ne sont point épargnées (voir le cas douloureux de Brigitte Bardot).

Rares, très rares sont les femmes qui gardent intact leur éclat jusqu'aux portes de la soixantaine.

L'originelle flamme qui fait d'elles le centre du monde les quitte en général avant cinquante ans..

La femme de cinquante ans est morte au monde, sur le plan des charmes. Et plus elle vieillira, moins elle sera désirée, et souvent sera méprisée.

Chez l'homme on constatera exactement l'inverse.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Account Deleted

Bon pour revenir à votre note!
La partie de poker menteur est terminée au profit de BO mais pour une mise de 39 milliards de dollars...
Ben pour voir, une telle somme, c'est au dessus de mes moyens!
Bonne journée de dilettante Anne...
Nous on plie les gaules et on rentre...
C'est con mais je serais bien resté!

Yul

@ Charlotte

Merci

Je me suis retrouvée - je m'arrêtais souvent à Leyde quand j'allais à Noordwijk . Bon courage à vous.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Panama City Février 2011

  • Panama City Fevrier 2011
    Vieille ville et ville nouvelle

Singapour 01/02/11

  • IMG00035-20110131-2018
    La Marina avec ses nouveaux buildings et la skyline vue du mon hotel

Alger 3/11/10

  • Rue de la Kasbah
    Kasbah et balcon du Palais du gouvernement

Kiev et Yalta 02/10/10

  • IMG_0319
    Les bulbes des églises de Kiev, la conférence où se trouvait Clinton, et le palais Livadia où furent signés les accords de Yalta en février 1945

Les jardins de la WH 18 avril 2010

  • Comme tous les gogos...
    Chaque année, les jardins s'ouvrent pendant deux jours au public et deviennent lieu de promenade familiale. Nous devions être 3000 ou 4000 ce dimanche à l'heure du déjeuner

Inauguration Day 20/01/09

  • DSC00415
    Inauguration Day 20/01/09. Sur le Mall avec deux millions de personnes