• Google

    dans ce blog

Evaluez les notes

  • Copiez et collez !

    ☺☺☺☺☺☺☺☺ Smiley classique
    ☻☻☻☻☻☻☻☻ râleur ou triste
    ♥♥♥♥♥♥♥♥ hormonal
    ♪♪♪♪♪♪♪♪ joyeux
    ♫♫♫♫♫♫♫♫ hyper joyeux
    ☼☼☼☼☼☼☼☼ Soleil

mai 2011

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

« Oh oui!!! | Accueil | Help, Sarah, help! »

26 mars 2010



"Mais la réflexion intérieure, c'est me faire bien du crédit: je me fais l'effet au contraire d'une coquille vide qui ne pense plus à rien!!!"
Oh là, non !!!! Avec le choix de vos derniers titres, je commençais à me poser des questions, mais ce dernier titre m'avait re-donné de l'espoir. Donc cool, real cool.
Personne sur ce site ne voudrait voir cette citation de vous dans les recueils du futur!!!
Pas du Shakespeare ici, genre:
"Life is but a walking shadow; it's a tale told by an idiot, full of sound and furry, signifying nothing".

Charlotte Goulmy

America: The recovery position

By Edward Luce Financial Times

Published: March 26 2010 22:11 | Last updated: March 26 2010 22:11

Obama signs health reform bill
Sign of the times: Barack Obama puts his signature to the health reform bill at the White House, the pursuit of which consumed most of his first 15 months as president

Coinciding with the first hint of Washington’s spring cherry blossom, Monday morning found the White House in a playful mood. “I thought we were supposed to be idiots,” said a senior official just a few hours after the historic passage of Barack Obama’s signature health reform bill. “Now all of a sudden we are geniuses?”

As Republicans have been doing their best to demonstrate all week, Washington is not a very bipartisan town nowadays. But it could be described as bipolar. One minute the president is ushering in a new age of progressive politics. The next he is a failed hope-monger who lacks the spine to finish the job.

In his latest incarnation, Mr Obama is a strategic maestro who had foreseen the past triumphant week, which was by far the best of his presidency. The truth is a little more prosaic. It is easy to forget but until late January, when Democrats were knocked sideways by the surprise defeat of their Senate candidate in Massachusetts, healthcare reform was on a comfortable trajectory to enactment. It had already been passed by both houses of Congress and they were expected to thrash out a unified product some time in February.

Then the bombshell hit. Most Washington insiders saw the loss of Edward Kennedy’s seat as a disaster for the president because it crystallised how far opinion had turned against him. It also deprived his party of its controlling super-majority in the Senate. Republicans were already unified against any big Obama initiatives. Now they could filibuster whatever he threw at them.

But a small number saw the Massachusetts defeat as a timely jolt for a party that looked to be sleepwalking towards a Bill Clinton-style disaster at the midterm elections in November. They may have been right. After a few days of panic, the White House emerged with a game plan and a new sense of resolve. “This was the cold shower that President Obama needed,” said a senior outside adviser. “It forced him to raise his game.”

More is known about Mr Obama today than a few weeks ago. As was the case during his campaign, he can drift for long patches. Then something happens – Hillary Clinton crowns herself the inevitable winner in the primaries, or Benjamin Netanyahu, Israeli prime minister, insults the administration once too often – and a more purposeful Mr Obama emerges.

The Massachusetts defeat was such a moment. It turned him from America’s lecturer-in-chief, who had even his most ardent supporters nodding off mid-paragraph, into the robust campaigner who could electrify his troops. Having allowed Congress to manage the healthcare bill for its first nine months, Mr Obama in early February finally took day-to-day control.

He led from behind the scenes, holding decisive strategy sessions with Nancy Pelosi, Speaker of the House of Representatives, and Harry Reid, Senate leader. He has also made more use of his cabinet, including Kathleen Sebelius, health secretary. And he led in public, flying to carefully located town hall events in districts represented by wavering Democrats. By showing spine, Mr Obama made it easier for Democrats in marginal seats to show spine as well.

At his rousing pep talk to Democrats on Capitol Hill before last weekend’s vote, Mr Obama appealed to what may have originally motivated lawmakers to enter politics. “Every once in a while, you have a chance to vindicate all those best hopes you had about yourself,” he said. “This is one of those times where you can honestly say to yourself, doggone it, this is exactly why I came here.”

So what happens next? Three consequences are apparent. First, Mr Obama seems to be getting better at governing. That bodes well for his ability to push through other reforms, including the re-regulation of Wall Street, the next item on his list. Given what the past week has done for his approval ratings, which have shot up, he might also prove an asset for Democrats on the campaign trail in November. They will need him.

“The lesson from the last few weeks is that President Obama should not delegate too much of the initiative to Congress,” says Simon Rosenberg, head of NDN, formerly the New Democrat Network, a Washington think-tank. “If he leads from the front good things are more likely to happen.”

Second, success at home helps abroad. It may have been a coincidence but it seemed fitting that Mr Obama on Wednesday pulled off his most tangible foreign policy success yet – reaching the new Strategic Arms Reduction Treaty with Russia to make deep cuts in the countries’ nuclear arsenals – the day after he signed healthcare reform into law.

Likewise, the evening he signed healthcare, he showed relish, and invested a certain amount of thought, in fashioning a humiliation for Mr Netanyahu. It was a rare glimpse of him behaving as an alpha male in response to someone who had treated him as a pushover, most recently in a speech in Washington on Monday, by openly mocking Mr Obama’s desire for a settlements freeze in Jerusalem.

The president’s revenge the following evening was perhaps rendered with the swagger of a man who had a few hours before enacted a reform that eluded all his Democratic predecessors. Then again, maybe not. “I think it’s safe to say that Obama really, really dislikes Netanyahu,” says an unpaid White House foreign policy adviser. In a calculated snub, the Israeli prime minister was ushered into the White House for a meeting with no photographers to record it. After 90 minutes of unfriendly discussion, he was left to stew in the Roosevelt room with his advisers while Mr Obama went and ate supper alone (his family was in New York). They then resumed their meeting.

It may sound trivial. But by the standards of diplomacy, particularly those of US-Israeli diplomacy, Mr Obama’s behaviour was rude. It was read as such in Israel – with quite a lot of Israelis approving, according to the country’s media.

More generally, Mr Obama’s success with healthcare at home ought to increase respect for him abroad. Leaders of 12 countries, from the UK’s Gordon Brown to the king of Saudi Arabia, rang to congratulate him this week.

“The critique of Obama has always been that he is ‘soft’,” says David Rothkopf, formerly a senior official in the Clinton administration. “As Joe Biden predicted would happen, everyone has been testing Obama – the Russians, the Chinese, the Republicans, Democratic senators, Hamid Karzai, Netanyahu, you name it. Gradually they are finding out that he can sometimes show mettle. Obama is genuinely evolving as a president.”

The third consequence, and in some respects cause, of Mr Obama’s healthcare victory is the at least temporary capture of the Republican party by its radical wing. At a dinner in Washington this week, Newt Gingrich, the former Speaker and likely 2012 presidential candidate, described Mr Obama’s bill as the biggest threat to the “American way of life since the 1850s” when the country was heading for civil war.

Others, perhaps only sketchily aware of Adolf Hitler’s career, which is not remembered for efforts to extend healthcare to the uninsured, continue to toss around words such as “Gestapo” and “fascist”. John Boehner, the House Republican leader, saw the passage of what by normal standards should be seen as a centrist bill as “Armageddon”. Meanwhile, according to a Harris poll this week, 24 per cent of Republicans think Mr Obama “may be the anti-Christ”.

The Republicans will probably re­gain their balance. But the apoplexy of recent days suggests they could take time to graduate from the anger and denial stages of loss. It also suggests they will continue trying to block most of Mr Obama’s initiatives. As one of his advisers says: “With enemies like these, who needs friends?”

Democrats could still face big losses in November. And Mr Obama has few tools with which to reduce joblessness rapidly – still the electorate’s overriding concern. Likewise, he may fail to persuade voters it was worth devoting most of his first 15 months to healthcare, particularly since its benefits will only slowly become apparent.

But whatever happens in the midterms, he now understands how presidencies have their highs and their lows. Perhaps that realisation among friends and foes alike will temper the mood swings as his term goes on.

“People will wake up one morning and realise that the healthcare bill hasn’t brought socialism to America,” says David Gergen, adviser to four former presidents. “And Democrats will wake up to realise we have not magically solved all our healthcare problems. People should calm down a little. There has been a tendency to exaggerate recently.”


Rassurez vous (si l'on veut), l'atmosphère actuelle conduit beaucoup de personnes à l'épuisement... est ce l'effet du changement climatique? la dureté des temps?

Épuisement, Ecoeurement, Abrutissement télévisuel?

En tous cas,désintérêt pour les actes volontaires significatifs, tel le vote, ampleur des expressions extrémistes que ce soit en France, en Hollande, ou aux USA.

Un motif d'optimisme: la presse et la télévision se sont libérées en France de la chape Sarkoziste..mais je n'aime pas la nouvelle version du Monde électronique.. qu'on me rende mes habitudes! qu'on arrête de faire bouger la page qui s'ouvre quand l'on veut consulter son édition abonnée.. j'en ai le mal de mer!
Qu'on arrête d'afficher mon nom en gras et en majuscules, de plus, affecté de la danse de saint Guy. Merci, je sais comment je m'appelle! et pour faire ma gym, je ne choisis pas la première page du Monde!

Charlotte Goulmy

Ainsley Hayes:

Michèle et Céline, vos 5 minutes initiatiques

Anne Sinclair

Sélène, je dors en avion, mais pas très bien. Le livre électronique? je ne suis pas convaincue.. Je continue de trimbaler les livres papier.
L'intérêt de voir le monde et l'impression d'en comprendre des parcelles, existe c'est vrai.
Mais la réflexion intérieure, c'est me faire bien du crédit: je me fais l'effet au contraire d'une coquille vide qui ne pense plus à rien!!!


J'espère que vous arrivez à dormir en avion!
Ainsi, ce n'est pas vraiment du temps perdu..

A moins que vous ne rentabilisiez votre lecteur de livre électronique, ou bien un peu des deux!

C'est quand vous arrêterez (si cela vous arrive un jour!) que cela pourra vous manquer.
Cela se produit chez les personnes qui font, par obligation, 2 heures de route ou davantage par jour, au volant de leur voiture. Quand ils arrêtent enfin, avec un certain soulagement, c'est un vrai désarroi qui peut s'installer.. moins de temps pour la réflexion intérieure, moins de diversité, moins de contacts avec l'extérieur, une drogue manque....

Charlotte Goulmy

Fêlée.... je cherchais le mot....

Anne Sinclair

Oui, je sais, faut être fêlée... En fait, Charlotte, on avance d'une heure. Il y avait 5 h de décalqge ce matin avec les USA, il y en aura 6 demain :-((

Charlotte Goulmy

Sauf erreur vous avez fait un aller retour France USA en 6 jours, ça me regarde pas, mais sauf une opération à cœur ouvert rien ne me ferait m'asseoir autant d'heures pour si peu de minutes sur place....
Vous n'oublierez pas de changer d'heure ce soir.... on recule je crois..

Account Deleted

Decobra a écrit la Madone des sleeping, je vas p't être me mett'e à écrire un truc sur la Madone des airs!

L'Europe de l'est mais y a rien à voir là bas!
Ils viennent juste de passer du goulag au goulash!
Mais qu'allez donc vous faire dans cette galère?

Il n'y a pas que la balle qui soit insaisissable!
Un jour à droite, un jour à gauche...Mais toujours dans le droit chemin!

Charlotte Goulmy


Charlotte Goulmy

Melanie, Jean Marc and philippe
Sittinng is a tree...
Kee aie es es aie enn geeeeeeee


Comment as-tu su que je serais Ainsley en premier, Charlotte ?
Je viens de faire le test et...effectivement, je suis d'abord Ainsley ! Mais comme j'ignore qui c'est, ça me fait une belle jambe :-)

Anne, ça y est, vous vous êtes reconvertie dans l'aviation civile ? Vous aviez toutes les prédispositions pour ce faire...☺
Parfois, je me dis que vos valises ont beaucoup de chance.
Tenez, dans une prochaine vie, j'aimerais bien renaître en valise...diplomatique (elles renferment tous les secrets du monde !). Mais pas en carton !

Anne Sinclair

Rigolo votre truc Charlotte! Moi, Sam Seaborn puis Charlie.... Suis pas sûre de la pertinence...
Hello à tous, ici l'hôtesse de l'air du blog, je suis à Pqris avant de repartir en Europe de l'Est. Chouette, il y avait longtemps que je n'avqis pas voyagé! :-)



off-topic, but I can't help it...
je viens de rentrer du "down-village" et j'ai vu, route de Castres, une "Clio" immatriculée: 201-DSK-12!!! Bon, 12, c'est l'Aveyron, mais le reste?!...☺☺☺♥♥♥♪♪♪


à propos de start, je pense que l'arme nucléaire n'a pas beaucoup d'importance dans la stratégie américaine car le conventionnel a rattrapé par le haut le nucléaire. Réduire à néant les ogives permettrait de faire des économies de maintenance sur les vecteurs pour financer la santé et le chômage. Afin de limiter au maximum l'impact sur les civils certains pays se dotent de missiles nucléaires miniaturisés ayant 'plus de souplesse et de précision', dès lors la menace devient forcément graduée par l'emploi d'un vecteur préférentiel avant l'autre, la dissuasion fortement dénaturée et les coûts des systèmes technologiques augmentés.

Charlotte Goulmy
Un test pour déterminer le caractère de West WIng qui correspond le mieux à notre personnalité... Quelques questions, puis visualiser les résultats... Gratuit sans besoin de donner ses données...
Moi Josh puis Ainsley.... Damned!
Céline sera forcément Ainsley en premier.... jalouse moi


Le rassurant Obama, ses actions et ses analyses me réconcilieraient avec le genre humain !
Le constat d’échec de l’enseignement «marchandisé» aux USA amène quelques interrogations :
Avoir démocratisé l'éducation, c'est magique, fantastique, génial, obligatoire, et vraisemblablement la seule possibilité de survie de l'humanité. En parallèle, les progrès scientifiques et médicaux ont permis l'augmentation quasi exponentielle du nombre des humains vivant simultanément sur notre planète limitée. Le nombre d’élèves est pour le moins décuplé.
Comment rendre l’avancée culturelle effective pour chacun ? Les élèves ne sont plus sélectionnés (auparavant, chacun entrait dans le même moule, et cela était également le cas des enseignants). Le métier d’enseigner est rendu moins aisé du fait de la diversité, la formation est plus courte, moins collective et plus individualiste, et le mal être, le mal transmettre est crée…
Après 1969 (et le vote de droite et de peur qui a suivi les mouvements de 1968), les « écoles normales d’instituteurs » ne recrutent plus au niveau de la classe de seconde, mais après le baccalauréat. Il n’y a plus de communauté d’enseignants possible, moins de solidarité, individualisation des parcours, raccourcissement de la formation.
Les politiques publiques successives appliquées à l’enseignement refusent de gérer le problème…On ne sait pas faire, on n’a pas pris les décisions nécessaires, on n’a pas consacré le financement indispensable, et hop….on rejette le problème vers « le privé » censé être plus performant… L’intérêt financier des établissements privés est sensé représenter un aiguillon plus efficace pour aboutir à une meilleure performance, mais la perversité des intérêts liés fait que cette solution n’en est pas une, que seuls les riches et les bons élèves peuvent s’en sortir, encore davantage qu’auparavant.
Ce qui n’a jamais été une solution viable aggrave le problème, et chacun croît avoir « tout fait », tout analysé : y a qu’à virer les enseignants s’ils ne parviennent pas à faire réussir les élèves !
Il me semble que la réflexion doit repartir à la base : pourquoi et comment les enfants d’enseignants et ceux de parents cultivés parviennent beaucoup mieux à une réussite scolaire ? sont ils plus favorisés intellectuellement ? sont ils génétiquement prédisposés à une meilleure faculté d’apprentissage ? Ma réponse est non. C’est la façon dont ils sont entourés, accompagnés, qui est différente. Ce n’est ni un problème financier individuel, ni un problème d’école motivée par l’appât du gain ou non : les enseignants ne sont pas riches, et leurs enfants suivent généralement leur scolarité dans le service public.
Ne pouvons nous reproduire à l'échelle d'une société les conditions favorables à l'éducation heureuse que vivent certains enfants?


@ mon PPP : Charlotte me cherche un peu trop souvent et n'est pas franchement ni drôle, ni délicate. Viendra un jour où cela me lassera. Pour l'instant, je reste zen. Mais cela ne durera pas éternellement...

Account Deleted

Avant de me calter, me carapater, voir et supporter la cadette jouer à la baballe, a- t-on idée de courir après l'insaisissable!

Voilà une idée que speedy devrait reprendre!
Cette idée du bushman....pour dégraisser le mamouth!
Je dis une connerie là?
Je crois que je vais me faire des potes!

Voila qui peut atténuer les coups.

Allez bon aprem !

Account Deleted

Bonjour Anne,

Vous savez bien qu'il y a toujours une vie après!
Il faut juste continuer à pousser sa pierre, ce qui peut paraitre chiant à la longue!
Parfois ça l'est!
L'accord Russie USA est un petit pas, il reste toujours de quoi se faire péter la tronche gaiement.
90% du nucléaire militaire à eux deux!
Et ils veulent donner des leçons?

@Les filles, Charlotte et Céline!

C'est le pré-crépage de chignon?
Vous êtes rigolotes toutes les deux...A quand la tea-party pour vous deux?
Pas avec la dinde, je ne voudrais pas que vous vous transformiez en meurtrières, laissez la moi j'ai envie de faire un tir au canon!
Deux révoltées comme vous! Vous devriez fonder un mouvement comme en 1773 dans le Masse ta chaussette!
Pour les petits chats turbulents, j'ai des pneus usagés qui ne plus de traces sur ma voiture!

Je rigole Céline, je rigole!


@"Cela prendra la forme d'un traité - comme ce fut le cas pour START 1 signé entre Bush (père) et Gorbatchev en 1991..."

A Russian tourist arrives at IAD-Dulles International Airport(Chantilly, VA!).
As he fills out the entry form, the immigration officer asks him:
- Occupation?...
The Russian promptly replies:
- No, no, not this time, just visiting!
IAD=enfer(en roumain!)-LOL vrai!:-)

Anne Sinclair

Merci Gérard Le Lorrain pour ces précisions intéressantes sur l'éduc aux US. Il a encore du boulot, BO!

Gerard le Lorrain

Le plan ``No Child Left Behind`` vise a punir les écoles qui n'ont pas la moyenne. Des normes trés strictes ont été édictées et les établissements qui échouent deux fois de suite sont fermés et leurs enseignants licenciés. (Aux USA les maîtres et enseignants sont employés des comtés). Les élèves reçoivent des chèques-école et sont censés s'inscrire dans une école privée C'est une attaque en régle de l'école publique en faveur de la privatisation de l'enseignement. Notez que la maison d'édition qui publie les standards scolaires et corrige les tests, est aussi propriétaire des écoles privées Edison....Malheureusement, Ted Kennedy était un des parrains de cette loi inique. Il avait cru à son efficacité. Notez aussi que No Child Left Behind rappelle la fameuse serie de livres Left Behind, livres de chevet des intégristes protestants d'éxtrème droite , qui décrit The Rapture, ou l'enlévement des fidèles par Dieu avant Armageddon, et best seller a Wal-mart.
Dans les écoles de la région de Washington il ést exclu que les 30 a 40% d'enfants d'immigrants atteignent la moyenne, ni qu'ils aient les moyens de se payer une école privée.


@ Mel : Cet article est tout bonnement EFFRAYANT ! D'ici à ce qu'on vienne m'aligner car mes chatons (qui ont un mois aujourd'hui et commencent à faire plein de c...ies ! Ils sont mignons, très mignons mes mogwaïs. Ou, depuis hier, mes Greemlins car ils me boufferaient toute crue si je les laissais faire !!!) font du bruit la nuit. J'ai trouvé la solution : je les empêche de dormir le jour !!! Non, mais, qui c'est la plus forte ? Hein, hein ? A la fin, les Greemlins perdent ! Nah !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Panama City Février 2011

  • Panama City Fevrier 2011
    Vieille ville et ville nouvelle

Singapour 01/02/11

  • IMG00035-20110131-2018
    La Marina avec ses nouveaux buildings et la skyline vue du mon hotel

Alger 3/11/10

  • Rue de la Kasbah
    Kasbah et balcon du Palais du gouvernement

Kiev et Yalta 02/10/10

  • IMG_0319
    Les bulbes des églises de Kiev, la conférence où se trouvait Clinton, et le palais Livadia où furent signés les accords de Yalta en février 1945

Les jardins de la WH 18 avril 2010

  • Comme tous les gogos...
    Chaque année, les jardins s'ouvrent pendant deux jours au public et deviennent lieu de promenade familiale. Nous devions être 3000 ou 4000 ce dimanche à l'heure du déjeuner

Inauguration Day 20/01/09

  • DSC00415
    Inauguration Day 20/01/09. Sur le Mall avec deux millions de personnes