• Google

    dans ce blog

Evaluez les notes

  • Copiez et collez !

    ☺☺☺☺☺☺☺☺ Smiley classique
    ☻☻☻☻☻☻☻☻ râleur ou triste
    ♥♥♥♥♥♥♥♥ hormonal
    ♪♪♪♪♪♪♪♪ joyeux
    ♫♫♫♫♫♫♫♫ hyper joyeux
    ☼☼☼☼☼☼☼☼ Soleil

mai 2011

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

« Still inspiring or not anymore? | Accueil | Deux jours à Yalta »

30 septembre 2010



Ce post n'est pas passé hier:
Les vraies guerres d'Obama ne se gagnent pas avec des bombes mais avec des neurones. Alors qu'il rapatrie vite ses GIs et qu'il surveille toutes les conneries du monde de son bureau ovale et qu'il pousse sur un bouton rouge pour lancer un virus qui anéantit toutes les installations militaires et civiles des "voyoux". Cela coûtera moins cher en hommes et en matériels et c'est meilleur pour la planète:

Rédigé par : attila | 03 octobre 2010 à 16:00


I migrated to Europe with hope. Now I feel nothing but dread | Abdelkader Benali

Abdelkader Benali

The Observer Comment Sun 3 Oct 2010 16:01 BST

As the Dutch ban the burqa, one of Holland's leading writers mourns the passing of a welcoming continent

When I arrived with my mother in Rotterdam in the late 1970s, we thought we had found a safe haven. Coming from the sharp-edged mountains of north Morocco, the streets of the Low Countries felt like a place where everything could be done better. It did not seem possible that, 30 years later, the likes of Geert Wilders would wield influence, pushing his ban on the burqa, but then there were no burqas to be seen in the street.

The Netherlands felt like a country that would never betray me. I was greeted with enthusiasm at kindergarten; my name was the longest among the pupils and it was assumed I was very proud of that. Dutch culture was like a tattoo being imprinted on my brown skin. I learned the language and delighted in excelling at it in front of my teachers. I was their dream of multiculturalism: a foreigner who showed he could adapt to their culture through language. The mothers of classmates would inform me that they loved Moroccan cuisine, especially couscous. They would speak vividly, romantically about foreign cultures such as mine, and I felt proud. The fact that I was different made me feel special. And the Dutch created wonder in me as a child. They tolerated their dogs on their couches; they gave generously to faraway peoples suffering from disaster and sickness. I didn't only read fairy tales, I lived one.

Then came the fall of the Wall, the 1990s and change. Europe decided it needed immigrants. The first change I saw was at home. My parents, growing older, gave up hope of the family returning to Morocco. Slowly, the feeling took over that we were here to stay, maintaining the privileges and opportunities of living in Europe. With that came the unease that their children would lose their identity. Already, we spoke Dutch, not Berber.

Meanwhile, the Dutch were waking up to the reality that most immigrants would never go back. Friday evening in Rotterdam saw large groups of immigrant children in the streets, estranged from their roots, trying to find solace in consumerism and urban culture, but also feeling alienated from Dutch society. Turks hung out with Turks, Moroccans with Moroccans. The melting pot didn't heat up, the elements weren't mixing. In my neighbourhood, former convicts stopped me to talk about Islam. They felt that my staunchly secular lifestyle would not only bring disaster to me, but also to the spiritual community of Islam. A young friend introduced me to his uncle who had just came back from Afghanistan. He was a mujahid.

I failed to see the shift. Immigrants had been seen by most Dutch as a marginal, colourful people from whose shops they could buy their meat and vegetables at ridiculously low prices. I knew this because my father had a butcher's shop and I would sell them their lamb chops. As the 1990s progressed, the difference between allochtoon – one "originating from another country" – and autochtoon – "one originating from this country" began to be emphasised. Allochtoon started becoming synonymous for criminality, big families, bad living and Islam. This wasn't restricted to Holland. In Germany, questions were being raised about Turkish immigrants adhering to a fundamentalist Islam. Thousands of young French-Algerian football fans stormed the pitch when France played Algeria, their way of saying: "We don't feel we belong in this country."

So what had changed? I believe it was memories of war. The mass destruction of its people had given Europe a self-image as an intolerant, cruel continent. The deep feeling of guilt towards the victims had to be made good in the attitude towards new immigrants. The immigrant became a totem of the left-wing elite, of which there could be no criticism. Multiculturalism became the catchphrase.

In the banlieus of Paris, young immigrant girls could not go out in the evening for fear of being beaten by their brothers. No criticism. Immigrants from West Africa could keep four woman in the same quarters. The elite did not intervene, for this was their culture. Society leaders believed that over time these immigrants would assimilate. A Moroccan would become Dutch, an Algerian French, a Turk Swedish.

This did not happen. They did the reverse. This was the moment the fear crept in, threatening the idea that Europe could assimilate its new citizens. If these immigrants adhered to their practices and rituals such as slaughtering their sheep on the balcony and not allowing their girls to go to school, Europe was being undermined from the inside.

It is in this context that Geert Wilders can proclaim that there is no moderate Islam, that any Muslim who calls himself a Muslim will one day become radicalised. This is not just a trick of words; when Dutch people who voted for Wilders looked out of the window, they really had this feeling that their Muslim neighbours were becoming more Muslim, not less. They saw girls in burqas, proclaiming that this was an individual decision strengthening their spiritual relationship with Allah. The Dutch wondered if somebody putting a cloth over herself could be a individual in their open society.

The burqa worried me too. But I saw Wilders's move as a dangerous way of turning populist sentiments into cold-blooded politics and creating a new sort of fear.

The place of the Second World War in all this is growing more complicated. Populist parties in the Netherlands, Denmark and France are linking Islamist ideology to fascism. Islam is the new Nazism and Muhammad is their Hitler. History has become a blueprint for a new history: the world war against Islam.

In the 1980s, this message would have made people laugh, but not now. Look around. In Sweden, the debate around Islam and migration is growing in urgency. And Islam is just a particularly toxic element in the anti-immigrant movement. Nicolas Sarkozy, who is part Jewish, is throwing out the Roma. In Germany, the country of the Holocaust, a former head of the Bundesbank, Thilo Sarazzin, is making a plea for reducing working-class immigrants because of their low IQ.

The idea that Europe is being kidnapped by an ever-growing non-western population is creating fear and populist parties are winning. But it will be impossible to stop migration. European populations are growing older, the workforces shrinking. But speaking in favour of migration – passionately, because I am a child of migration and make literature out of all its painful and comical contradictions – has become a form of blasphemy.

Certainly there is something rotten in multiculturalism, but turning the stereotypical victim into the stereotypical scapegoat is cheap and does not do justice to reality. I know that the Netherlands of my childhood will never come back. We are entering a dark period. A generation is growing up with xenophobia and the fear of Islam has become mainstream.

It's time to come up with a new idea of what Europe is, drawing on the humane Europe as defended and described by writers such as Thomas Mann and Bertol Brecht. A Europe that newcomers consider a refuge, not a hell. If not, Europe will not die for a lack of immigrants, it will die for lack of light.


Les vraies guerres d'Obama ne se gagnent pas avec des bombes mais avec des neurones. Alors qu'il rapatrie vite ses GIs et qu'il surveille toutes les conneries du monde de son bureau ovale et qu'il pousse sur un bouton rouge pour lancer un virus qui anéantit toutes les installations militaires et civiles des "voyoux". Cela coûtera moins cher en hommes et en matériels et c'est meilleur pour la planète:

Anne Sinclair

Pardon pour ce silence de 48h. j'etais à Yalta et il n'y avait pas de connexion. j'ai juste validé vos posts d'hier sur mon blackberry et cela m'a pris 30 mn!!! je vous poste tt de suite mon commentaire sur le week end


Bonjour from windy Toulouse!
(le vent d'autan peut rendre fou...)

Les collègues FRANçAIS depuis tjs(sic!), pourriez-vous me donner la définition d'un "bon français", SVP, car je me pose tant de questions depuis qu'un certain ministre en parle, comme je ne suis que "naturalisée"(mais pas "apprivoisée"!), est-ce que je risque d'avoir le même sort que les gitans roumains, comme je suis née en Roumanie?!...

La définition d'un "bon américain" serait la bienvenue, aussi, également, vu le nom du blog de Lady-Anne... Je pense au Prez-Obama himself, né à Hawaii, supposé être musulman socialiste, etc...

Thanx in advance, guys!


"on s'en fout ! parlez nous plutôt de la France, ça serai plus intéressant !" pourtant l'objet de ce blog a été défini clairement, comme son nom l'indique, par AS.
Extrait d'un autre blog qui traite en ce moment de "la mode et la rue":
"Par ex. pour ce papier sur la mode, je mettrais 3/3 pour la structure et le style : ça fait donc 6 ; et 0 pour le choix du sujet (la mode on s’en tape !)
Donc 6 sur 9."
Ou est-ce l'automne qui est terriblement monotone ?

Chanson d'automne

Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon coeur
D'une langueur

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l'heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m'en vais
Au vent mauvais
Qui m'emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

* Paul VERLAINE (1844-1896)



avec votre permission un off-topic, pour tous les curieux impatients(ou vice-versa!) qui se trompent de blog...;-)

Motto:"vox populi, vox dei..."
(Dieu n'étant pas Mitterrand...)
Je précise que l'auteur de l'article qui se dit "paysan" n'est pas l'un de nos cousins-fermiers tarnais ou aveyronnais, tous des cultivateurs cultivés...;-)
@Hey Clara,

à propos de Lily(th) B aka "mamy zin-zin", elle doit préférer les baby carrots, avec les feuilles...;-)


@ Clara : (je vais me permettre un petit "tu" de circonstance car après tout, depuis le !) tu es lectrice Paris-Match ? Tu as un abonnement ? Si non, je t'en fais un dès mardi !!! Je suis opératrice Paris-Match - magazine que je ne lis plus depuis longtemps, même chez le coiffeur !!! - et je n'en dis que du bien ! Vous n'imaginez tout ce que je dois proférer comme mensonges, et draguer aussi les messieurs ou faire rire les dames (mais chuuuuuuuttttt...ça marche !!!) pour abonner des gens à un magazine qui n'est finalement pas si mal que ça car reflet quasi parfait de la société actuelle !
Bref, Clara, je te fais un prix d'amie. Ok ? ☺☺☺☺☺☺☺

Allez, je déconnecte un peu. Je viens à peine de rentrer du boulot et ce matin, on a tous tellement cartonné que l'ambiance est encore ancrée dans mon esprit. Ce boulot m'amuse énormément ! De plus, on forme une super équipe. Ce n'est pas le truc le plus passionnant que j'ai pu faire mais, à bien y regarder, c'est sans doute ce que j'ai eu de plus intéressant à vendre. Car oui, je l'avoue honteusement, j'ai un lourd passif de commerciale. Hey, faut bien gagner sa vie et puis, y'a pas de sot métier !

@ mon PPP que j'aime : vous me bluffâtes naguère, vous m'amusâtes souvent mais là, vous me laissez sur mon postérieur tant votre verve est emplie de toutes les vérités - celles qui sont toujours liées à la sagesse - que je n'ose pas toujours dire. Seriez-vous mon alter ego version masculine ?

@ FloorFilla : nous, on ne s'en fout pas ! Anne a la gentillesse et l'intelligence aussi de nous parler du titre de son blog. Elle vit aux USA et si nous en sortons souvent, cela ne signifie pas que nous ne nous y intéressons pas. Ce qui nous a fait venir ici c'est aussi l'Amérique. La France est un petit pays de râleurs patentés qui juge le monde à travers son nombril. Bien souvent Paris d'ailleurs. Anne nous permet d'ouvrir nos esprits à ce qu'il se passe outre-Altlantique et, à titre personnel, j'adore cela ! Non que je sois fan absolue des USA mais la France...tout peut-être dit en 10 lignes sur 10 jours. Pour le reste et votre question, je vais laisser notre hôtesse vous répondre. Mais non, ICI, on ne se fout pas de l'Amérique et du sujet de ce blog. Voilà. Je l'ai dit.

Pour les autres, attendez que je lise tout et je reviens. Anne, ne trépignez pas, vous aurez aussi votre petit mot ! Je suis d'une humeur très très joyeuse.

Au fait, où est Charlotte ? J'ai halluciné où je ne la vois plus beaucoup parmi nous ?


on s'en fout ! parlez nous plutôt de la France, ça serai plus intéressant !

quand est ce que vous passez au grand journal sur canal + ?


Eh Oui, depuis Janvier je m'attendais à ce remue-menage:

Démission de Rahm Emanuel après Larry Summers- Clean Slate !!!

Account Deleted

Bonjour Anne, Toutes et Tous,
je ne sais que dire sur un tel sujet!
Ce n'est pas en France que l'on aurait un tel livre!!!
Aurait-on une telle querelle ?
Merde alors on a speedy, il recadre vite fait lui!
Et si on lui envoyait en paquet cadeau à BO, notre prez à nous??
Au moins pour cet hiver annoncé rigoureux aurait il un Bonaparte manchot!

Puis-je à ces bruits de bottes opposer mon arme fatale, enfin je la voudrais ainsi !

Quand l’automne est là et que l’hiver s’en vient !

Par delà la fenêtre, mon vieux chêne agité par le noroit d’un vent frisquet, change sa livrée smaragdine en un camaïeu d’ocres coruscants.
Il va de sa lenteur, prévenante de nuances, vers le roux de l’au revoir qui le verra s’étioler. D’ici quelques semaines sa mémorable frondaison automnale ira joncher le sol humide, laissant dans le ciel hivernal, une ramure dépouillée et gémissante dans la froidure de la bise glaciale.
Il me fera, une fois encore, impatient de son réveil.

Sérioso l’a appelé ce cher Ludwig !
Le quatuor opus 95 que diffusait sur les ondes la radio en ce deux décembre 1950, menait, dans sa douloureuse gravité, vers l’abandon de sa chère Madeleine, vers le retrait de sa vie impitoyablement courte, trop courte, cet être apparu, dans ce vingtième siècle bouleversé, tel un météore enflammé.
Dinu Lipatti était la modestie même, nous raconte Clara Haskil son amie de toujours, tant il était visible en lui, comme une évidence, combien son propre génie parfois l’encombrait, le gênait face à autrui.

Le 16 Septembre 1950 à Besançon dans la grande salle du Parlement un mémorable concert eut lieu, son dernier concert.
C’était un pianiste rare, l’un des plus grands de ce siècle là.
Il avait inscrit dans un son programme outre Bach, Mozart, Schubert, les quatorze valses de Chopin. Alors qu’il allait terminer exténué cette soirée par la Valse 2, il fut incapable de l’interpréter tant la maladie de Hodgkin corrompait son corps.
Son exigence musicale, la haute idée qu’il avait de la musique, le plaçait face à lui même.
Il interpréta alors le dernier choral de la sonate « Herz und Mund und Tat und Leben »
BWV 147 de Bach : Jesu bleibet meine Freude.
Etait-ce une prière, lui qui au travers de sa si brillante et si exceptionnelle discographie, nous laissa à demeure tant de joie à partager ?
- Ne te sers pas de la musique, disait il, sers-la !

Je fis sa découverte de la façon la plus fortuite par l’entremise d’un Vieil Homme avec lequel je partageais un immodéré amour pour trois femmes troublantes. Nous avions tous deux cette passion commune pour ces Muses anciennes ; Erato, Clio, et la divine Euterpe.
Les ruines romaines qui furent notre lieu de première rencontre, gardent secret nos premiers échanges ; propos tenant de la récente découverte des thermes romains.
L’immodération de la jeunesse qui encore me vêtait, nous fit aborder mille sujets différents ou affleurait innocemment une autre de nos communes passions ; la musique.
Il me raconta comment un soir de septembre 1950 dans le Doubs l’émerveillement musical l’avait submergé d’une intense émotion, de celle qui vous fige dans son souvenir revisité longtemps après qu’elle se soit dissipée.
Les années défilèrent, et chaque fois que je me trouvais dans les environs de sa campagne vosgienne, perdue au bout d’une laie sinueuse, je venais lui rendre visite et nous repartions sur nos sujets de prédilections jusqu’à ce que tard dans la nuit il me fallait le quitter.
Un jour que je lui rendais visite, pour lui emprunter un de ces vieux ouvrages dont sa bibliothèque regorgeait, le Mozart d’Alfred Einstein en édition de tête.
Je me souvins de ce concert dont il me parla lors de nos rencontres passées. Je le ramenais à s’en souvenir une fois encore.
Il me fit découvrir l’entière discographie de Dinu Lipatti, ces vieilles galettes noires railleuses, au son si arrondi que nul cd ne peut rivaliser avec.
Ce soir là je repartis chargé de tous les disques de vinyle. J’avais, bien que cela fût un don ourdi de la plus grande désolation qu’il avait de l’inculture de son propre fils, l’impression de commettre un rapt, un vol, de le déposséder de son bien le plus cher.
Combien de fois après il tenta de me rassurer de cette attribution, je me reprochais n’ayant pu la refuser sans voir dans ses yeux l’amorce d’une blessure, de lui avoir retiré un peu de cette joie intime éprouvée lors de l’écoute de ses sublimes interprétations.
Il me disait que non, qu’il lui était loisible maintenant en fermant les yeux de les entendre dans le son le plus admirable qu’aucune technicité ne pouvait rendre.
Je n’avais pas encore ces oreilles là !
Je ne compris pas à ce moment précis le sens de ses paroles, il m’est venu au cours du temps qui me sépara à jamais de sa présence amicale et paternelle.
Je le revois fourbissant dans son atelier un long manche oblong pour le sceau en albâtre rosé de l’empereur Claudius qu’il avait dessertit de sa gangue de terre, au cours d’une des fouilles entreprises par lui dans la région et je l’entends fredonner l’une des valses de Chopin qui fut jouée ce soir là dans la grande salle du Parlement à Besançon.

La veille du jour où je partais barbouzer en Afrique, j’eus l’immense plaisir de le voir sonner à ma porte tenant un gros paquet. Il contenait les trois volumes du Dictionnaire Historique et Critique de Pierre Bayle dans son édition d’Amsterdam de 1730, et un autre dictionnaire minuscule de Français Wolof.
Avec sa malice coutumière il me précisa pour le Wolof que c’était au cas où je m’égarerai dans la brousse !
Ces volumes et ces disques sont le souvenir d’un homme passionné d’Histoire d’Opéras et de Musique qui sans chercher trouva un jeune con pour partager ces trois passions.
Je lui dois cette découverte magnifique de ce pianiste hors du commun qui fut en si peu d’années l’un des plus grands que connut le vingtième siècle.
Sa discographie nous la devons à un très grand sorcier, Walter Legge chez EMI !
Pour ceux qui ne connaitraient pas Legge, il leur faut juste regarder le catalogue fabuleux et prestigieux d’EMI jusqu’en 1964, de la Callas à Karajan en passant par Klemperer et tous les autres…
Déjà Abbey Road Studio existait bien avant que naissent les Beatles !

Je vous ai fait découvrir Dinu Lipatti, pour certains, dans le 21 éme concerto du Sacripant de Salzbourg, aujourd’hui, après la Barcarolle en fa dièse opus 60 de Chopin où l’on retrouve l’expressif témoignage de son suprême talent, je voudrais que vous l’écoutiez dans le concerto de Schumann.
J’aurais pu choisir Grieg, ou Chopin, Mozart ou Bach, je n’en ai rien fait car ce concerto à depuis, jamais eut un si bel interprète.
Affaire de poète dit –on !
L’aura de Schumann est là, plus présente qu’elle ne le fut jamais, chantant ce grand cri d’amour pour Clara. Karajan dirige dans une union parfaite le Philharmonia Orchestra et Lipatti en apportant sa part de génie.
Cet enregistrement au son un peu vieilli, est la pièce angulaire de toute véritable discothèque, oserais-je dire de tout honnête femme ou homme !

Concerto pour piano et orchestre en la mineur opus 54.
Premier mouvement, Allegro affettuoso.
Dinu LIPATTI piano
Philharmonia Orchestra
Direction Herbert Von Karajan.

Enregistré en 1948 à Abbey Road Studio Londres !


@Mr Voltaire-Rousseau, je vous cite:

"Après moult réflexions, je me suis enfin décidé à poster cette note en commentaire du billet du 27/09/2010"

Merci, bravo et congrats d'avoir partagé cette excellente note-analyse avec nous austres...


Un ENORME MERCI & bearhugs à notre cher collègue Sir Bob of Marrakech de nous avoir signalé l'émission sur Simone Signoret, avec la présence de Guy Bedos aka "my daddy"(sic!) et de la pretty and bright journalist-bloggueuse, j'ai nommé: Anne Sinclair-DSK!!!☺☺☺♥♥♥



merci pour votre compte-rendu du livre du beyond famous Bob Woodward... ça fait peur, car on y apprend:

- la fronde ouverte des généraux reps en majorité;
- le budget démentiel du Pentagone en augmentation constante;
- les audits inexistants ou lamentables des dépassements de budgets faramineux pour des armes le plus souvent inutiles ou catastrophiques (ex. Osprey).
- le consensus washingtonien sur la guerre avec un débat limité à plus de guerres pour sauver le monde et la vertueuse Amérique (position du parti républicain, parti ouvertement fasciste maintenant!), ou l'option de "meilleures guerres" (ex. Obama et sa politique d'attaques au Pakistan par drones).
- aucun retour sur les lois liberticides de l'ère Bush (ex. écoutes illégales NSA, etc.)
- doctrine "Obama" surajoutée à la doctrine "bush"(d'intervention libre contre un pays étranger, ce qui est la définition exacte du "crime contre l'humanité", cf. Nuremberg).

Cette doctrine Obama est maintenant de justifier l'assassinat libre de citoyens états-uniens à l'étranger (pour les non-Etats-Uniens, le principe est acquis depuis longtemps) et de pouvoir en camoufler - pour raison d'Etat - le modus operandi.
- persécution des lanceurs d'alertes (ex. soldat Manning et Wikileaks);
- sur le plan intérieur: intimidations de tous ordres ("tea-parties", etc.), transformation des polices locales ou fédérales en forces d'intervention surarmées contre l'ennemi intérieur ("swat teams" and the like), enquêtes sans fondement du FBI contre les mouvements pacifistes, etc.
Pour les collègues qui vivent aux USA et/ou au Canada, my question is: où vont les USA?!... Il y a déjà qqs années Noam Chomsky parlait d'une situation pire que celle du maccarthysme et à présent, on dirait qu'on va de mal en pis, tant les contradictions et les problèmes gigantesques (endettements, guerres perdues, etc.) de l'empire-US en implosion demeurent insolubles pour l'administration-Obama... et nous autres, ici en "old Europe", en France en particulier, COMMENT allons-nous résister à ce tsunami épouvantable?!... Pourrons-ns "nager" assez longtemps pour atteindre la terre ferme et QUAND?! En 2012?... J'en suis plus que sceptique, carrément pessimiste, car on ne sent aucune réflexion authentique avec des suites concrètes, du coup, il nous reste à "prier" pour un miracle, mais lequel?!...

HELP, we need SOMEBODY, not just anybody!!!

Bloggy Bag

Il faut vraiment envoyer un épisode de Star Trek à Obama, son équipe en a besoin...


Pardon pour le hors-sujet, mais j'ai vraiment une info exclusive Paris-Match à vous délivrer. Savez-vous que "dès que son réveil sonne à 7 heures du matin, Liliane Bettencourt avale un potage de légumes variés, puis des fruits de baies, des pruneaux, du thé vert et des toasts beurrés, couverts de marmelade de gingembre"? Ce qui nous fait bien 5 fruits et légumes par jour. Cette femme est parfaite.

Account Deleted

Anne, je pense que vous apprecierez. Encore une histoire eloquente d'operateur telephonique racontee par mon chroniqueur prefere de Telerama :,60792.php

Account Deleted

De quoi convaincre les Taliban et Al Qaeda que ses intentions sont sinceres au POTUS, qu'il ne bat encore.


La guerre dans l'administration Obama, reflet de la guerre entre armée et services secrets, reflet de la guerre dans l’armée , reflet de la guerre sur le terrain, reflet de la guerre entre raison et perversion dans l'esprit de dirigeants...

En peinture, cela s'appelle une composition en abîme.... chaque reflet entretient le reflet suivant.... une seule solution: casser le miroir, c'est à dire tout exposer en public, entrer dans la "vraie vie" pour rompre ce système pervers.

"Obamas Wars" pourrait bien faire partie de la résolution de ce conflit.

Michèle Doige

Bonsoir Anne, bonsoir à tous

Obama souhaite une sortie de guerre la plus rapide possible, il pourrait demander conseil à Richard Holbrooke justement qui a écrit "to end a war" à propos des accords de Dayton sur la Bosnie-(et) Herzégovine dont il a été le principal artisan.

Je lis que "To End a War is a brilliant portrayal of high-wire, high-stakes diplomacy in one of the toughest negotiations of modern times. A classic account of the uses and misuses of American power".Pour l’Afghanistan le temps de la négociation est révolu mais certains conseils pourraient se révéler utiles, seul problème et de taille, Holbrooke est trop discrédité.

Celui-ci aurait d’ailleurs obtenu que les propos complets de Joe Biden à son égard soient repris dans leur totalité à savoir qu’après l’avoir traité de "Basterd" il aurait ajouté "mais c’est l’homme de la situation " !

Et Karzai de préciser qu’il ne souffre d’aucune maladie !

Il ne manquait plus pour les démocrates que la sortie de ce livre alors que les élections de mi-mandat se profilent à l’horizon.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Panama City Février 2011

  • Panama City Fevrier 2011
    Vieille ville et ville nouvelle

Singapour 01/02/11

  • IMG00035-20110131-2018
    La Marina avec ses nouveaux buildings et la skyline vue du mon hotel

Alger 3/11/10

  • Rue de la Kasbah
    Kasbah et balcon du Palais du gouvernement

Kiev et Yalta 02/10/10

  • IMG_0319
    Les bulbes des églises de Kiev, la conférence où se trouvait Clinton, et le palais Livadia où furent signés les accords de Yalta en février 1945

Les jardins de la WH 18 avril 2010

  • Comme tous les gogos...
    Chaque année, les jardins s'ouvrent pendant deux jours au public et deviennent lieu de promenade familiale. Nous devions être 3000 ou 4000 ce dimanche à l'heure du déjeuner

Inauguration Day 20/01/09

  • DSC00415
    Inauguration Day 20/01/09. Sur le Mall avec deux millions de personnes